Publié

OncologieDes anticancéreux falsifiés ont trompé tous les hôpitaux

100 000 flacons de médicaments périmés ont été administrés à des patients suisses et français, dont une moitié d'enfants. En cause: une fraude en Suisse.

par
Marie Parvex
Tassia, la fille de Patrick et Sandrine Saint-Aubyn, a été traitée avec des doses d'anticancéreux périmées.

Tassia, la fille de Patrick et Sandrine Saint-Aubyn, a été traitée avec des doses d'anticancéreux périmées.

Franck Ferville, Agence VU

L'Hôpital de l'Île à Berne a reçu 1452 flacons d'un médicament utilisé pour soigner des cancers. Entre 2007 et 2011, la plupart d'entre eux étaient périmés et ne contenaient plus la dose de principe actif exigée. Martin Fey, responsable du service d'oncologie des adultes de l'Hôpital de l'Île, a identifié 23 patients concernés dans son hôpital. Quinze d'entre eux étaient des enfants. Les HUG à Genève ont reçu 442 flacons de Thiotepa. En 2010, des doses périmées ont été administrées à un enfant aujourd'hui adulte. L'hôpital de Bâle a aussi reçu 220 flacons de Thiotepa, 162 ont été vendus à l'Hôpital régional de Bellinzone, 65 au CHUV, etc. L'affaire touche la plupart des grands hôpitaux suisses.

C'est la première fois que des médicaments conditionnés et écoulés au sein du réseau officiel de distribution helvétique ont été falsifiés. En tout, selon l'enquête de Swissmedic, l'Autorité de surveillance du marché des médicaments, Alkopharma a modifié les dates de péremption de 98 820 flacons vendus en France pour un prix de 3 278 425 euros et 2119 en Suisse pour 207 573 francs.

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L'application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Ton opinion