Des antivax vandalisent un restaurant avec des pieds de porc
Publié

Suisse alémaniqueDes antivax vandalisent un restaurant avec des pieds de porc

Depuis l’annonce du Conseil fédéral mercredi dernier, les opposants à la politique du Conseil fédéral se radicalisent. Alain Berset a été menacé de mort dans le canton de Nidwald.

par
Eric Felley
Le Gasthof Krone» à Balterswil. Dimanche, «des pieds de cochon pendaient à la balustrade, une pieuvre morte avait été jetée dans les escaliers et le trottoir devant son établissement était barbouillé de symboles nazis»

Le Gasthof Krone» à Balterswil. Dimanche, «des pieds de cochon pendaient à la balustrade, une pieuvre morte avait été jetée dans les escaliers et le trottoir devant son établissement était barbouillé de symboles nazis»

Google Maps

Dimanche matin, le propriétaire du «Gasthof Krone» à Balterswil, Thurgovie, a eu la mauvaise surprise de découvrir l’entrée de son restaurant maculée de sang et de restes d’animaux. Selon le quotidien alémanique «20 Minuten»: «Des pieds de cochon pendaient à la balustrade, une pieuvre morte avait été jetée dans les escaliers et le trottoir devant son établissement était barbouillé de symboles nazis».

Son propriétaire, Ruedi Bartel, député UDC au Grand Conseil thurgovien, avait fait une déclaration au sujet de la vaccination sur «Blick TV» : «Il aurait fallu tout simplement instaurer des vaccinations obligatoires pour tout le monde. Cela aurait été plus intelligent que le certificat», a-t-il dit. En représailles, il a vu son restaurant être ainsi vandalisé. Depuis l’annonce de l’obligation de certificat plusieurs événements à caractère violent ont lieu en Suisse alémanique. Pour le sociologue et expert en théories du complot, Marko Kovic, interrogé par «20 Minuten», cela montre que les opposants aux mesures se radicalisent.

Journalistes attaqués à Lucerne

À Lucerne, lors d’une manifestation contre les nouvelles mesures samedi, ce sont des journalistes de «20 Minuten» qui ont été conspués aux cris de «presse menteuse» ou de «racaille». Un journaliste a même été frappé au cou par un manifestant. Finalement, vu l’hostilité générale à leur égard, l’équipe de journalistes a décidé d’arrêter sa couverture en direct des événements.

Alain Berset menacé à Nidwald

Toujours en Suisse alémanique, la semaine dernière, le propriétaire du club-house du SC Buochs (NW) a diffusé une vidéo dans laquelle il ne souhaite rien moins que la mort du conseiller fédéral Alain Berset, en disant que cela devenait désormais «très, très dangereux» pour lui. La police fédérale s’est emparée de l’affaire. Le SC Buochs ​​a résilié sur-le-champ le bail avec cet homme: «Nous condamnons les déclarations faites de la manière la plus ferme», a communiqué le club.

Pour Marko Kovic, les opposants aux mesures ont atteint «un nouveau niveau de radicalisation», comme le démontre le ton utilisé sur les réseaux sociaux. «Nous avons atteint un point dangereux, même si ces excès sont le fait d’une petite minorité», conclut-il.

Votre opinion