Publié

CoronavirusDes athlètes romands présents à Wuhan témoignent

Des sportifs européens se demandent s'ils ont contracté le Covid-19 lors des Jeux militaires en octobre. L’armée suisse se veut rassurante.

Entre le 18 au 27 octobre 2019, la ville de Wuhan, épicentre de la pandémie mondiale de Covid-19, a organisé les Jeux mondiaux militaires d'été avec près de 140 délégations présentes.

Entre le 18 au 27 octobre 2019, la ville de Wuhan, épicentre de la pandémie mondiale de Covid-19, a organisé les Jeux mondiaux militaires d'été avec près de 140 délégations présentes.

AFP

Des athlètes ont-ils contracté le coronavirus en octobre dernier déjà en Chine? La ville de Wuhan, épicentre de la pandémie, a en effet accueilli les Jeux militaires mondiaux du 18 au 27 octobre. Plus de 9300 athlètes, issus d'une centaine de pays, ont participé à ces joutes dans la cité chinoise.

121 athlètes suisses ont concouru lors Jeux mondiaux militaires d'été, dont la cérémonie d'ouverture a eu lieu le 18 octobre, en présence de Xi Jinping. Crédit photo: Mediateam CISM Schweiz

121 athlètes suisses ont concouru lors Jeux mondiaux militaires d'été, dont la cérémonie d'ouverture a eu lieu le 18 octobre, en présence de Xi Jinping. Crédit photo: Mediateam CISM Schweiz

«Je n’arrivais plus à respirer»

Plusieurs témoignages d'athlètes, notamment en France et en Italie, laissent planer le doute. L'armée suisse estime qu'il est «peu probable» que la délégation nationale, forte de 121 athlètes, ait été touchée.

L’escrimeur italien Matteo Tagliariol s’est confié ce mercredi à la «Gazzetta dello Sport». Le champion olympique était présent en Chine. «Quand nous sommes arrivés à Wuhan, presque tout le monde est tombé malade. J'ai eu une forte toux.» «Beaucoup ont eu de la fièvre, même si leur température n’était pas très élevée», a-t-il ajouté, précisant qu’un de ses coéquipiers a dû être alité durant presque tout le séjour.

Une semaine après son retour à la maison, Matteo Tagliariol est tombé gravement malade. «J’ai un asthme léger, mais c’était différent. Je sentais que je n’arrivais plus à respirer», détaille le sportif dont les symptômes n’ont pas disparu après une cure d’antibiotiques. Sa compagne et son fils de deux ans sont aussi tombés malades. «Quand on a commencé à parler du coronavirus, sans avoir aucune compétence médicale, je me suis dit que je l’avais attrapé. J'ai 37 ans, je suis sportif et j'ai été vraiment mal.»

«On a déjà eu le coronavirus»

Plusieurs athlètes français ont fait écho de maux similaires. Dans son édition du jour, «L’Equipe» a cité un entretien que la pentathlète Élodie Clouvel a accordé fin mars à la chaîne de TV locale «Loire 7»: «Avec Valentin (ndlr: Belaud, son compagnon lui aussi pentathlète), on a déjà eu le coronavirus. On était à Wuhan pour les Jeux mondiaux militaires et après, on est tous tombés malades. Valentin a loupé trois jours d'entraînement. Moi j'ai aussi eu des trucs que je n'avais pas eus avant. On ne s'est pas plus inquiété que ça parce qu'on n'en parlait pas encore.»

L'armée française dément

Élodie Clouvel conclut en affirmant qu’un médecin militaire leur aurait confirmé qu’il s’agissait du coronavirus, car «beaucoup de gens de cette délégation ont été malades». Ce mercredi, le ministère français des Armées a démenti ces déclarations, toujours au journal «L'Equipe». «Il n'y a pas eu, au sein de la délégation française, de cas déclarés auprès du Service de santé des armées de grippes ou d'hospitalisation pendant et au retour des Jeux militaires pouvant s'apparenter, a posteriori, à des cas de Covid-19. À ce jour et à notre connaissance, aucun autre pays représenté à Wuhan n'a par ailleurs rapporté de tels cas.»

Plusieurs suisses à l'hôpital

Une poignée d'athlètes suisses ont dû être hospitalisés à Wuhan selon le DDPS, département fédéral en charge de l'armée et des sports notamment. «Ils ont souffert de maux d'estomac, certainement à cause de la nourriture». Ils ont pu quitter l'hôpital après quelques jours, «certains après quelques heures».

Près de 10'000 personnes étaient logés au sud de la ville de Wuhan dans un grand village, semble au village olympique construits pour les JO. Crédit photo: Mediateam CISM Schweiz

Près de 10'000 personnes étaient logés au sud de la ville de Wuhan dans un grand village, semble au village olympique construits pour les JO. Crédit photo: Mediateam CISM Schweiz

Le nageur Nils Liess était, lui aussi, présent sur place.«Les 10'000 athlètes et membres du staff séjournaient tous dans un grand village, comme aux Jeux olympiques. Il y avait une énorme cantine où tout le monde prenait ses repas», explique le Genevois qui est resté en bonne santé pendant et après son séjour à Wuhan.

Un grand village des athlètes

«Des rumeurs de maladie circulaient, mais plutôt concernant une gastro-entérite, poursuit-il. Au moins un des nageurs suisses est tombé malade. Il a dû rester au lit durant les trois derniers jours sur place. Le médecin de l’équipe nous a dit de faire attention, d'être prudent vis-à-vis de ce qu'on mangeait et de bien se laver les mains. Je n'ai pas de formation médicale, mais pour moi il ne s'agissait pas de symptômes liés au coronavirus.»

Les repas étaient pris en commun dans une grande cantine située au village des athlètes. Crédit photo: Mediateam CISM Schweiz

Les repas étaient pris en commun dans une grande cantine située au village des athlètes. Crédit photo: Mediateam CISM Schweiz

En athlétisme, deux sprinteurs romands, le Vaudois Sylvain Chuard et le Fribourgeois Charles Devantay, étaient aussi du voyage en Chine. «Pour ma part je n’ai rien ressenti de spécial à mon retour de Wuhan, explique le premier nommé. Sur place, j’ai eu quelques forts maux de ventre inexplicables, mais rien qui ressemblait aux symptômes du Covid-19.» Son coéquipier se montre, lui aussi, rassurant: «Je n'ai rien eu: ni maladie, ni symptôme ou même suspicion.»

Contamination «peu probable» pour l'armée

Contacté, le DDPS a affirmé qu'il était «peu probable» qu'un des 121 athlètes suisses ait été touché. «Lorsque l'Office fédéral de la santé publique nous a rendus attentifs à la problématique du coronavirus, les responsables de la délégation ont contacté les sportifs, afin de leur demander si certains avaient eu des symptômes. Aucun d'entre eux ne s’est manifesté. Nous sommes donc partis du principe que personne n’avait été infecté», a précisé une porte-parole.

Officiellement, le premier cas déclaré par la Chine à l'OMS date du 31 décembre 2019.

Ugo Curty

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!