Publié

TraficDes autoroutes à 80 km/h pour éviter les bouchons

L'Office fédéral des routes persévère dans sa volonté d'abaisser les vitesses sur les autoroutes pour combattre les bouchons.

par
Eric Felley

Roulez moins vite pour arriver plus vite? Cela peut paraître très contradictoire, mais sur l'autoroute c'est devenu une réalité. Depuis la fin des années 2000, l'Office fédéral des routes (OFROU) a introduit des limitations temporaires de vitesse afin d'améliorer la fluidité du trafic. Si à 120 km/h ça bouchonne, à 80 km/h ça passe! C'est aujourd'hui le cas sur 170 kilomètres de bitume pour une bonne part entre les grandes villes alémaniques.

280 km supplémentaires

Selon une information du quotidien «Schweiz am Sonntag», l'OFROU planifie dorénavant une extension des tronçons concernés de 280 kilomètres. Un tiers du réseau helvétique (1406 km) connaîtra alors des limitations flexibles selon les conditions du trafic. «Cela ne résout pas tous les problèmes évidemment, précise le porte-parole de l'OFROU, Gabriele Crivelli, mais c'est une mesure de gestion du trafic parmi d'autres qui a fait ses preuves.»

Actuellement, sur la ceinture lausannoise ou à l'approche de Genève, les pendulaires connaissent déjà des réductions temporaires de vitesse. D'après l'OFROU, en moyenne, ces réductions durent quatre heures par jour. En 2011, le conseiller national Guy Parmelin (UDC/VD) s'était inquiété au Conseil national de cette tendance à ralentir les automobilistes. Le Conseil fédéral s'était défendu: «En l'état actuel des recherches, avait-il répondu au Vaudois, l'abaissement de la vitesse maximale de 120 à 80 km/h en cas d'amorce d'embouteillage permet d'équilibrer à temps le trafic.»

Mais les milieux automobilistes se méfient des équilibres. Le Parti des automobilistes a lancé en mai 2013 une initiative visant, au contraire, à augmenter la vitesse sur le réseau helvétique: 130 km/h (au lieu de 120 km/h) sur les autoroutes et 100 km/h (au lieu de 80 km/h) sur les routes principales. Avec une deuxième initiative, il demande la construction d'autoroutes à six voies, notamment entre Genève et Lausanne.

«Scandaleux»

Aucun Romand ne figure toutefois dans ces comités d'initiative emmenés par le chef du parti, le Biennois Jürg Scherrer. Pour lui «l'abaissement de la vitesse est tout simplement scandaleux. Avec la votation sur FAIF, on élargit l'offre des chemins de fer, et pendant ce temps on veut freiner le trafic motorisé!» Il conteste l'efficacité de la mesure: «Si 10 000 voitures doivent passer à un endroit, elles doivent y passer de toute façon, quelle que soit la vitesse. C'est simplement une excuse pour ne pas élargir le réseau comme nous le demandons.» Pour l'instant, ses deux initiatives ont recueilli une dizaine de milliers de signatures: «Nous avons encore une année pour aboutir et j'espère bien que nous y parviendrons», conclut un Jürg Scherrer très confiant depuis le vote des Suisses sur la vignette.

Ton opinion