Publié

ValaisDes boxes aménagés en garages en infraction

Une «action d'envergure» a permis de constater que de nombreux garages sauvages ne respectent pas la loi, en Valais.

Photo d'illustration

Photo d'illustration

Keystone

Les boxes aménagés en garages sont de plus en plus nombreux dans les zones industrielles en Valais. De récents contrôles montrent que deux tiers d'entre eux ne respectent pas la législation. En revanche, 88% des garages officiels contrôlés sont en ordre.

A la suite de plaintes de garagistes dénonçant des cas de concurrence déloyale, l'Inspection valaisanne de l'emploi et de l'aide sociale (ICEAS) a mené «une action d'envergure» dans la branche automobile. Nonante-sept garages officiels et quinze boxes aménagés en garage (ou garages sauvages) ont été contrôlés avant l'été, a indiqué l'Etat du Valais jeudi dans un communiqué.

Dix boxes sur quinze présentaient des «infractions importantes». Principalement pour non-affiliation à une caisse de compensation et donc non-déclaration des revenus à l'AVS.

Garages sauvages sur la Toile

«Ces garages sauvages font florès sur internet», a précisé à Keystone-ATS Nicolas Bolli, chef du Service valaisan de protection des travailleurs (SPT). Il s'agit généralement de boxes aménagés de lifts et d'outillages dont les exploitants offrent leurs services les week-ends ou les soirs de semaine.

Outre des questions de conformité à la loi sur le travail et au respect des obligations en matière d'assurances sociales, ils peuvent constituer une concurrence déloyale si l'exploitant travaille également comme employé dans un garage officiel. Le danger réside aussi pour les clients en cas d'absence de garantie et de bienfacture de l'intervention. Sans oublier les locaux inadaptés à l'écoulement des vidanges d'huile ou d'autres produits, au mépris des normes écologiques.

Quatorze dossiers au Ministère public

Sur les 97 garages officiels contrôlés, douze étaient en infraction. Certains n'avaient pas déclaré les salaires de leurs employés auprès d'une caisse de compensation, d'autres ne respectaient pas les limites en matière de durée de travail ou ne disposaient pas de couverture accident pour leur personnel.

Globalement, quatorze dossiers ont été transmis au Ministère public, dont huit ont déjà fait l'objet de condamnations par ordonnances pénales, précise l'Etat du Valais. «Malgré les abus constatés, la situation générale dans la branche n'est pas préoccupante, hormis pour l'activité déployée dans les boxes aménagés», conclut le canton.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!