04.03.2014 à 15:50

Programmes d'étudesDes centaines de «contrats Erasmus» sont à renégocier

Les responsables de la mobilité des universités suisses et le Secrétariat d'Etat à la formation (SEFRI) se sont réunis lundi à Berne pour discuter du programme Erasmus.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Pour les Hautes Ecoles suisses, les dégâts occasionnés par l'initiative sur l'immigration touchent avant tout leur image, estime Michael Hengartner, le nouveau recteur de l'Université de Zurich. La Suisse va subir un préjudice d'image suite à son exclusion des programmes européens d'échanges et de recherche, selon lui.

La suppression des bourses du Conseil européen de la recherche touchera durement la Suisse, a déclaré mardi Michael Hengartner à l'occasion d'une conférence de presse un mois après son entrée en fonctions. Ces bourses encouragent des chercheurs jusqu'à hauteur de deux millions d'euros, et sont attribuées à la suite d'un processus compétitif. La Suisse ne pourra plus y participer en tant qu'Etat tiers.

«Il n'y a pas d'alternative à cette valeur étalon de l'excellence. Nous nous exposons à un vide au top-niveau universitaire», a regretté le recteur, qui craint également que la Suisse ne paye son hostilité supposée face aux étrangers, lorsque des chercheurs de pointe devront choisir entre une université suisse et européenne.

Pétition en ligne

Michael Hengartner fait partie des 400 premiers signataires de l'appel diffusé mardi par l'Union des étudiant-e-s de Suisse sous forme de pétition en ligne. Cet appel est soutenu par les conférences des recteurs des universités suisses, des hautes écoles spécialisées et des hautes écoles pédagogiques ainsi que par le Fonds national suisse.

Les signataires de l'appel demandent aux décideurs politiques européens de reconsidérer leur décision d'écarter la Suisse des programmes Erasmus et Horizon 2020.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!