Suisse: Des chauffeurs Uber transfrontaliers exploités
Publié

SuisseDes chauffeurs Uber transfrontaliers exploités

Selon la presse dominicale, des sociétés suisses ont engagé des chauffeurs Uber étrangers et ont encaissé de l'argent sur leur dos.

Des chauffeurs de taxi mécontents protestent contre Uber à Genève.

Des chauffeurs de taxi mécontents protestent contre Uber à Genève.

Une quinzaine de sociétés suisses ont mis sur pied un système pour recruter des chauffeurs transfrontaliers et les faire travailler pour Uber, tout en encaissant l'argent sur leur dos, révèlent Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Plus d'une centaine de conducteurs sont touchés par ces pratiques dans l'arc lémanique.

Certains d'entre eux ont confié au journal travailler jusqu'à 100 heures par semaine et devoir dormir dans leur voiture. D'autres assurent perdre de l'argent en travaillant. Ces entreprises ont utilisé le nouveau modèle d'affaires de la plate-forme californienne et les lacunes de la législation. Des plaintes ont été déposées.

Un avocat, qui représente plusieurs chauffeurs lésés, parle d'esclavage moderne. «Après des mois sans salaire, la plupart (des chauffeurs) baissent les bras; ils craignent des mesures de rétorsion de leur employeur s'ils entreprennent des démarches juridiques. Les sociétés exploitent ce point et cela fait les affaires d'Uber», explique-t-il.

Votre opinion