Publié

AstronomieDes chercheurs zurichois découvrent une protoplanète

Des astronomes de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) ont découvert un objet qui pourrait être une planète en formation.

Cette protoplanète a été découverte dans un «disque circumstellaire», composé de gaz et de poussière et entourant l’étoile HD 100546. Cette dernière est éloignée de «seulement» 337 années-lumières de la terre et est déjà bien connue des scientifiques.

Pour leurs recherches, les chercheurs zurichois ont utilisé le «Very Large Telescope» (VLT) de l’Observatoire européen austral (ESO), qu’ils ont dirigé sur le disque. De tels disques se forment autour de toutes les jeunes étoiles. Dans l’état actuel des connaissances, il s’agirait du lieu de naissance des planètes.

De leur propre aveu, les chercheurs ont pourtant été surpris d’y découvrir une possible protoplanète. Celle-ci serait une géante gazeuse, avec une masse environ 20 fois supérieure à celle de Jupiter, ont expliqué les chercheurs, qui ont publié leurs observations dans la revue Astrophysical Journal Letters.

La découverte d’une protoplanète serait une sensation, estime l’EPFZ. «Jusqu’à présent, la formation des planètes était le plus souvent étudiée à l’aide de simulations par ordinateur», a expliqué Sascha Quanz, auteur principal de l’article, dans un communiqué de l’ESO.

Quelque 100’000 ans

Selon lui, d’autres observations sont toutefois encore nécessaires pour confirmer qu’il s’agit bien d’une protoplanète. Cependant, sa luminosité semble indiquer qu’elle est toujours en formation. Si la thèse de la protoplanète se confirmait, son âge pourrait être évalué à quelque 100’000 ans.

Une autre explication est toutefois avancée. Cette nouvelle planète serait en fait une ancienne planète, qui se serait développée à l’intérieur du disque et aurait été éjectée par une planète «concurrente», comme l’écrit l’ESO. Cette hypothèse parait toutefois peu probable, car personne n’a vu cette planète concurrente, expliquent les chercheurs.

Dans une année déjà, la future position de l’objet devrait permettre de déterminer quelle théorie est correcte. De cette manière, de nombreux modèles et théories, existant depuis longtemps, pourraient enfin être vérifiés sur un objet concret, se réjouissent les chercheurs. Dès le mois d’avril prochain, le VLT sera à nouveau dirigé sur cette possible protoplanète.

(ats)

Votre opinion