Ethiopie - Des civils témoignent de l’avancée des rebelles tigréens
Publié

ÉthiopieDes civils témoignent de l’avancée des rebelles tigréens

Les rebelles ont pris l’essentiel du Tigré et les régions limitrophes de l’Amhara et de l’Afar. Les civils sont contraints de fuir.

À Dessie, il existe une formation de 20 jours pour rejoindre les forces de sécurité Amhara.

À Dessie, il existe une formation de 20 jours pour rejoindre les forces de sécurité Amhara.

AFP

Quand les rebelles tigréens ont pris le village de Hara, dans le nord de l’Éthiopie, ils ont parcouru les rues, traquant les jeunes hommes valides qui auraient pu combattre contre eux aux côtés des forces gouvernementales.

Toute personne avec une carte d’affiliation de milice était suspecte. Une simple trace sur l’épaule, comme celle laissée par une sangle de fusil, pouvait jeter le soupçon, même s’il est courant pour les agriculteurs de la région de l’Amhara – miliciens ou non – de porter des kalachnikovs.

Adisse Wonde raconte qu’avant la fin de la journée, les rebelles avaient tué deux hommes dans leurs maisons et un troisième près de la rivière voisine. Il affirme avoir enterré les trois. «Ils veulent nous supprimer et nous gouverner. C’est un acte de nettoyage ethnique», affirme cet homme de 49 ans en évoquant les rebelles de la région voisine du Tigré.

Ils veulent nous supprimer et nous gouverner. C’est un acte de nettoyage ethnique.

Adisse Wonde

Ces meurtres présumés au début du mois à Hara ne sont qu’un exemple des atrocités décrites par les témoins d’une guerre qui s’étend dans le nord de l’Éthiopie. En novembre, le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l’armée au Tigré, région la plus septentrionale du pays, pour renverser les autorités dissidentes, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Selon le Prix Nobel de la paix 2019, cette opération répondait à des attaques contre des camps de l’armée fédérale ordonnées par le TPLF. La victoire devait être rapide. Au lieu de cela, la région s’est enfoncée dans un conflit dévastateur, marqué par de nombreuses exactions contre les civils.

Fin juin, les forces pro-TPLF ont repris la capitale régionale Mekele, puis l’essentiel du Tigré et poussé dans les régions limitrophes de l’Amhara et de l’Afar pour mettre fin à ce qu’elles décrivent comme un blocus humanitaire du Tigré et pour empêcher les forces progouvernementales de se regrouper.

Un nombre indéterminé de civils tués

En Afar et Amhara, les bombardements à l’arme lourde ont tué un nombre indéterminé de civils et déplacé des centaines de milliers d’autres. Les rebelles rejettent les accusations de massacres, qu’ils qualifient de propagande progouvernementale «sans fondement».

Les civils déplacés en Amhara racontent une histoire différente, accusant les combattants du TPLF de meurtres, de pillages et de bombardements aveugles.

Marche de 15 heures

Face à l’avancée du TPLF, Muchayu Degin s’est cachée chez elle, à Kobo, durant une semaine avec ses sept enfants, tremblant de peur alors que les tirs d’artillerie se rapprochaient. Affamée et désespérée, cette femme de 55 ans a finalement pris son courage à deux mains et fui à pied avec sa famille, marchant durant 15 heures sur des routes jonchées de corps criblés de balles jusqu’à la ville de Woldiya.

Nous ne savons pas qui est vivant ou non.

Muchayu Degin

Elle a ensuite gagné la ville de Dessie, devenue point de convergence des déplacés de la région. Comme des milliers d’autres réfugiés, elle dort sur un mince tapis dans une salle de classe surpeuplée d’une école primaire et vit de distribution de nourriture et de dons des habitants.

Cela fait maintenant un mois qu’elle a fui. Elle n’a toujours pas pu joindre ses nièces et neveux restés à Kobo. «Il n’y a pas de réseau là-bas», explique-t-elle, en larmes: «Nous ne savons pas qui est vivant ou non.»

La Commission éthiopienne des droits de l’homme, organisme indépendant mais rattaché au gouvernement, a annoncé cette semaine qu’elle allait enquêter sur des attaques contre des civils en Amhara, dont un récent bombardement qui a tué cinq membres d’une même famille, le plus jeune âgé de quatre mois.

Les combats s’éternisent

Le TPLF dit soutenir les enquêtes mais demande qu’elles soient dirigées par l’ONU. Pendant ce temps, les combats s’éternisent. Un récent document interne de l’UE consulté par l’AFP identifie quatre fronts en Amhara.

Ces combats ne font qu’aggraver la crise humanitaire en cours qui a, selon l’ONU, déjà placé des centaines de milliers de personnes dans des conditions proches de la famine au Tigré.

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) fournit de la nourriture à plus de 136’000 personnes en Amhara et Afar, a déclaré cette semaine sa directrice Samantha Power, en appelant le TPLF à se retirer de ces régions et à négocier.

Dialogue au point mort

Jusqu’à présent, aucune des deux parties n’entend discuter. À Dessie, les autorités locales continuent de prôner une solution militaire, accusant les États-Unis et d’autres puissances occidentales de minimiser – voire d’ignorer – les exactions du TPLF.

«Les forces étrangères aussi se battent contre nous, y compris l’Amérique et d’autres pays étrangers qui soutiennent cette guerre en coulisses de manière inappropriée», déclare Seid Mohammed Hussien, administrateur de la zone de Wollo Sud, dont Dessie est la principale ville: «Tous les Éthiopiens le savent.»

«La junte derrière!»

Les récits des réfugiés résonnent comme un appel aux armes pour certains habitants de Dessie. «Des gens sont déplacés de chez eux, y compris des enfants et des personnes âgées. Quand vous voyez ça, ça vous motive à aller vous battre», explique à l’AFP Mohammed Kedir, qui a suivi une formation de 20 jours pour rejoindre les forces de sécurité Amhara.

Il y a appris à creuser une tranchée, à utiliser une grenade et à monter et démonter un fusil. Lors de leur cérémonie de fin de formation, Mohammed et ses camarades ont dansé, entonné des chants patriotiques, certains brandissant leurs kalachnikovs ornés de drapeaux éthiopiens.

Je dois protéger les femmes et les enfants. Je suis prêt à partir.

Tesfaye Abeba

«La junte derrière! Amhara devant!» ont-ils également lancé, reprenant la terminologie des autorités pour désigner le TPLF. «Je dois protéger les femmes et les enfants. Je suis prêt à partir», affirme une des recrues, Tesfaye Abeba, disant vouloir venger les crimes du TPLF.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire