Syrie: Des contre-attaques de l'EI font 32 morts
Publié

SyrieDes contre-attaques de l'EI font 32 morts

De violents combats entre le groupe Etat islamique et la coalition arabo-kurde ont fait des dizaines de morts.

1 / 150
Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

AFP
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

AFP
Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

AFP

Le groupe Etat islamique (EI) a lancé ses combattants et kamikazes contre une force arabo-kurde soutenue par Washington dans l'est de la Syrie, des contre-attaques meurtrières illustrant la capacité de nuisance des djihadistes .

Les raids éclairs menés par l'EI dimanche soir à la faveur d'une tempête de sable ont tué 23 combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), tandis que neuf djihadistes ont péri lors de ces assauts, a annoncé mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Appuyée par les frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par Washington, la force arabo-kurde des FDS a lancé en septembre une offensive contre l'ultime réduit de l'EI dans la province orientale de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

Progression ralentie

En quatre mois de combats, la progression des FDS a été ralentie à plusieurs reprises par le mauvais temps pendant lequel les djihadistes ont profité pour lancer des attaques meurtrières contre des positions des FDS.

Dimanche soir, l'EI a encore une fois eu recours à ce procédé. «Utilisant deux kamikazes, l'EI a lancé des contre-attaques meurtrières contre les FDS sur plusieurs axes, notamment dans les villages de Soussa et al-Chaafa», a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les affrontements ont duré toute la nuit, mais dès lundi matin les FDS sont repartis à l'assaut, récupérant les positions perdues, a précisé M. Abdel Rahmane. «En raison de ses effectifs réduits, l'EI n'a pas réussi à consolider son contrôle sur ces positions», a-t-il souligné.

Mines et snipers

Malgré les nombreux revers essuyés ces derniers mois, les combattants kurdes et arabes ont conquis l'immense majorité du bastion, acculant les derniers membres de l'EI dans un territoire de plus en plus réduit.

Samedi, les FDS ont pris le village d'Al-Chaafa, a rapporté l'OSDH. Les djihadistes tiennent toujours les villages de Soussa, de Baghouz et des zones agricoles alentours, selon l'OSDH.

«Les lignes de défense de l'EI se sont effondrées. Les djihadistes ont recours aux snipers et aux attaques éclairs», a précisé M. Abdel Rahmane, précisant que ce sont principalement les mines enfouies par l'EI qui ralentissent l'avancée des FDS. Selon des experts, les djihadistes acculés sont des combattants dévoués, conscients qu'ils n'ont plus rien à perdre.

Avant l'effondrement de l'EI dans ce dernier réduit, la coalition internationale évaluait à 2000 le nombre de djihadistes présents dans le secteur, notamment des combattants étrangers et des hauts commandants.

Depuis septembre, les combats ont tué plus d'un millier de djihadistes , contre 602 combattants des FDS, selon l'OSDH. Quelque 367 civils, dont 130 enfants, ont péri dans les violences, d'après la même source. Retrait américain

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Syrie et en Irak, l'EI a vu son «califat» auto-proclamé se réduire comme peau de chagrin. Mais l'organisation continue de démontrer sa capacité à frapper fort avec des attentats meurtriers dans des pays de la région mais aussi à l'étranger.

Outre son réduit dans l'est, les djihadistes de l'EI sont déployés dans un secteur du désert syrien qui s'étend du centre du pays à la province de Deir Ezzor. C'est là où des affrontements sporadiques les opposent aux forces du régime de Bachar el-Assad.

Déclenchée en 2011 par la répression brutale de manifestations pro-démocratie dans le sillage du Printemps arabe, la guerre dévastatrice en Syrie a fait plus de 360'000 morts et jeté à la rue des millions de personnes.

Retrait américain

Avec l'implication de groupes de puissances internationales et régionales, le conflit continue encore aujourd'hui de se complexifier. Le président Donald Trump a ainsi annoncé le 19 décembre un retrait des quelque 2000 militaires américains déployés en Syrie pour soutenir les FDS.

Depuis, Washington n'a toutefois eu de cesse de souligner que ce désengagement se fera lentement et qu'il prendra en compte les intérêts de ses alliés.

Mais les FDS, une alliance dominée par la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), a été prise de court. Elle a alors amorcé un rapprochement avec le régime de Damas, pour faire face à une éventuelle offensive de son ennemi de toujours, la Turquie voisine.

(ats)

Votre opinion