Mexique: Des corps calcinés retrouvés à la frontière mexico-américaine
Publié

MexiqueDes corps calcinés retrouvés à la frontière mexico-américaine

Aux confins de l’Etat du Nuevo Leon, Miguel Aleman, ville de 20’000 habitants, jouxte la ville américaine de Roma (Texas). Dix-neuf corps brûlés y ont été découverts.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP

Au moins 19 corps calcinés ont été découverts samedi à Miguel Aleman, une ville mexicaine proche de la frontière avec les Etats-Unis, a annoncé le parquet de l’Etat de Tamaulipas (nord).

La police a découvert sur une route de campagne «deux véhicules calcinés, ainsi que des restes humains», précise le parquet dans un communiqué. Deux cadavres calcinés se trouvaient sur les sièges avant de l’un des véhicules – une fourgonnette – deux autres à l’extérieur et 15 à l’arrière.

Selon les premiers éléments de l’enquête, «la mort a été causée par des projectiles d’arme à feu, puis ils ont été incendiés». Aucune douille n’ayant été trouvée sur place, le parquet n’exclut pas que les victimes aient pu être tuées dans un autre endroit. Des autopsies sont en cours mais l’identification des victimes est compliquée par l’état des corps, a expliqué une source du parquet qui a souhaité garder l’anonymat.

Située aux confins de l’Etat du Nuevo Leon, Miguel Aleman, ville de 20’000 habitants, jouxte la ville américaine de Roma (Texas).

Affrontements entre cartels

La région est régulièrement le théâtre d’affrontements entre le cartel du Nord-ouest, qui contrôle une partie du Nuevo León, et celui du Golfe, qui depuis des décennies sévit à Tamaulipas. En janvier 2019, 24 cadavres, dont 15 calcinés, avaient été retrouvés à Miguel Aleman, après des affrontements entre groupes criminels.

Depuis décembre 2006, date à laquelle la lutte contre le trafic de drogue est devenue l’affaire de l’armée, plus de 300’000 morts violentes ont été enregistrées au Mexique. Ces violences sont souvent liées au crime organisé, en particulier aux cartels de la drogue qui se disputent les routes vers les États-Unis.

En 2020, le Mexique a enregistré 34’523 assassinats, en léger recul par rapport à 2019 (34’608) qui marquait un record depuis que le gouvernement a commencé à les recenser en 1997, selon des chiffres officiels. Le président de gauche Andres Manuel Lopez Obrador, au pouvoir depuis décembre 2018, a créé une Garde nationale pour lutter notamment contre le trafic de drogue.

Lutte anti-drogue

Les analystes estiment que la lutte anti-drogue est l’un des principaux défis pour le Mexique dans ses relations avec le nouveau président américain Joe Biden, alors que la stratégie mexicaine de militarisation est un échec patent.

La vaste assistance sécuritaire américaine dont bénéficie le pays depuis 2008 dans le cadre d’un programme de coopération militaire baptisé «Initiative Merida» n’y a rien changé. Les experts estiment notamment que la mobilisation de l’armée a abouti à fragmenter les cartels en cellules plus petites.

Après l’arrestation en octobre à Los Angeles de l’ex-ministre mexicain de la Défense, Salvador Cienfuegos, pour trafic de drogue présumé, le président mexicain a fait voter une réforme levant l’immunité des membres d’agences étrangères.

Le général Cienfuegos avait été renvoyé au Mexique où il a été incarcéré en novembre avant une décision mi-janvier du parquet de ne pas lancer de poursuites. Le Mexique avait alors publié le dossier transmis par les autorités américaines, les accusant d’avoir fabriqué des preuves contre l’ancien ministre, une accusation rejetée par les Etats-Unis.

(AFPE)

Votre opinion