Publié

FootballDes débordements lors du match Italie - Croatie

Dimanche soir à Milan, le match de qualification entre Italiens et Croates a été interrompu a cause de lancés de fumigènes de supporters visiteurs.

1 / 10
Dimanche soir à Milan, le match de qualification entre Italiens et Croates a été interrompu a cause de lancés de fumigènes de supporters visiteurs.

Dimanche soir à Milan, le match de qualification entre Italiens et Croates a été interrompu a cause de lancés de fumigènes de supporters visiteurs.

AFP
Dimanche soir à Milan, le match de qualification entre Italiens et Croates a été interrompu a cause de lancés de fumigènes de supporters visiteurs.

Dimanche soir à Milan, le match de qualification entre Italiens et Croates a été interrompu a cause de lancés de fumigènes de supporters visiteurs.

AFP
Dimanche soir à Milan, le match de qualification entre Italiens et Croates a été interrompu a cause de lancés de fumigènes de supporters visiteurs.

Dimanche soir à Milan, le match de qualification entre Italiens et Croates a été interrompu a cause de lancés de fumigènes de supporters visiteurs.

AFP

Encore un épisode qui ne va malheureusement pas améliorer l'image du football des Balkans. A Milan, la rencontre des éliminatoires de l'Euro 2016 entre l'Italie et la Croatie (1-1) a en effet été interrompue une dizaine de minutes après des débordements dans le secteur des supporters croates ayant nécessité l'intervention musclée des forces de police.

L'arbitre néerlandais Björn Kuipers a renvoyé les deux équipes sur la touche à la 73e minute de jeu, après des énièmes jets de fumigènes. La police est intervenue dans le secteur concerné et a mis environ dix minutes afin de rétablir l'ordre, sous les yeux d'un Gianluigi Buffon incrédule, resté aux abords de sa surface de réparation. La rencontre a alors pu aller à son terme sans problème.

Mais un mois après le scandale de Serbie - Albanie (l'affaire du drone) et quatre ans après l'arrêt d'un match éliminatoire de l'Euro 2012 Italie - Serbie à Gênes, ces nouveaux débordements vont entacher encore un peu plus l'image déjà fortement écornée des équipes nationales et des clubs qui représentent les pays des Balkans.

D'un point de vue sportif, il n'y a donc pas eu de vainqueur dans le match au sommet de ce groupe H. Italiens et Croates continuent alors de partager la tête du classement avec un point d'avance sur la Norvège (1-0 en Azerbaïdjan).

Gianluigi Buffon porte une responsabilité certaine dans ce nul concédé par la Nazionale. Car, après la belle ouverture du score de Candreva à la 11e, les Croates ont pu répliquer par Perisic quatre minutes plus tard, dont la frappe a été mal négociée par le gardien de la Juve qui, à 36 ans, n'a plus franchement le même rendement qu'il y a quelques années.

Le sélectionneur croate s'excuse

Le sélectionneur de la Croatie, Nico Kovac, s'est excusé "pour le comportement de (ses) tifosi", après le match de son équipe contre l'Italie (1-1), interrompu par des fumigènes, dimanche à Milan.

"Je suis déçu par le comportement de nos tifosi, cela était déjà arrivé en Suisse. Je veux m'excuser auprès de tout le monde, je me suis déjà excusé sur le terrain" auprès des joueurs et de l'encadrement italiens, a dit Kovac lors de la conférence de presse d'après match, comptant pour les qualifications à l'Euro-2016.

Le sélectionneur espérait "que cela n'arriverait plus, j'étais seul sous la tribune, je ne savais pas quoi faire, et là je ne sais pas quoi dire". "Est-ce du foot? Ces tifosi sont rivaux d'on ne sait pas qui, il y avait des enfants dans les tribunes, a-t-il pesté. Cela ne reflète pas le peuple croate, nous sommes une nation joyeuse et fière."

Le sélectionneur ne pense pas que son équipe risque de perdre devant la commission de discipline de l'Union européenne de football (UEFA) le point glané à San Siro. "Le match est allé à son terme, le résultat restera comme ça, a dit Kovac. Il y aura sûrement des sanctions, mais je ne peux pas dire lesquelles, il faudra analyser les événements."

Le sélectionneur italien, Antonio Conte, a "eu peur que le match ne puisse pas se terminer." "J'ai vu l'arbitre très décidé. Avec d'autres fumigènes, le match aurait été arrêté et cela aurait été dommage pour ce beau spectacle entre deux équipes animées par la volonté de vaincre, devant un San Siro plein."

Du match et du jeu de son équipe, Niko Kovac s'est dit "très content du jeu" mais "déçu du résultat". "Nous pouvions prendre les trois points".

"Pendant 90 minutes nous avons contrôlé le match, nous avons eu des balles de 2-1, par Ivica Olic ou Niko Perisic. Mes joueurs ont montré que nous étions une meilleure équipe" que l'Italie, a-t-il ajouté.

(AFP)

(SI)

Votre opinion