21.02.2013 à 12:26

FranceDes détenus se filment armés et menaçants

Les gendarmes enquêtent à Lannemezan (Hautes-Pyrénées) pour savoir comment au moins trois détenus ont pu, dans une des prisons les plus sécurisées de France, tourner et mettre sur internet une vidéo d'eux.

La vidéo, toujours visible sur internet, montre trois prisonniers exhibant trois impressionnants couteaux, a priori de fabrication artisanale, et proférant des invectives et des menaces, peut-être contre un détenu d'une autre prison.

Les trois hommes sont identifiés comme des prisonniers du quartier «maison centrale» de Lannemezan, l'un des plus sécurisés de France puisqu'il n'accueille que de longues peines, 140 environ aujourd'hui, a indiqué un syndicaliste. Ces faits suscitent une vive inquiétude chez les personnels pénitentiaires, même si ces derniers ne sont pas pris à partie dans la vidéo, a indiqué Laurens Maffre, responsable régional de l'UFAP-UNSa Justice, premier syndicat dans la profession.

Il y a la détention des armes, a-t-il expliqué, mais il y a aussi l'introduction devenue courante, bien qu'interdite dans les prisons, de téléphones mobiles ou de matériel d'accès à internet, comme des clés 3G, a-t-il dit.

La procureure de Tarbes, Chantal Firmigier-Michel, abonde sur la gravité des faits. «Tout est grave: l'introduction d'objets illicites dans une centrale est un fait grave parce qu'elle implique des complicités extérieures, et (qu'avec eux) on peut tout faire, les menaces proférées à l'intérieur d'une centrale (...) à l'aide de ces objets sont graves aussi et la fabrication d'armes artisanales est un troisième» facteur de gravité, a-t-elle dit.

Alertée il y a environ une semaine par la direction de l'établissement, la procureure a ordonné une enquête confiée aux gendarmes. Aussitôt les faits révélés, des fouilles ciblées ont été menées dans les cellules et les trois détenus ont été mis à l'isolement, a dit une source pénitentiaire. L'administration pénitentiaire elle-même n'a pas confirmé ces sanctions et s'est abstenue de tout commentaire.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!