Burundi: Des dizaines de morts dans des attaques à Bujumbura

Publié

BurundiDes dizaines de morts dans des attaques à Bujumbura

Des combats ont eu lieu à Bujumbura, vendredi matin. Un Conseil des ministres extraordinaire a été organisé.

1 / 104
Le président du Burundi Pierre Nkurunziza ne sera pas candidat à sa succession en 2020 bien qu'il ait promulgué une nouvelle Constitution qui lui ouvrait la possibilité de diriger le pays jusqu'en 2034.(Jeudi 7 juin 2018)

Le président du Burundi Pierre Nkurunziza ne sera pas candidat à sa succession en 2020 bien qu'il ait promulgué une nouvelle Constitution qui lui ouvrait la possibilité de diriger le pays jusqu'en 2034.(Jeudi 7 juin 2018)

Keystone
Pascal Couchepin est au Burundi, mandaté par la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean. Il s'agit de la troisième mission du genre pour l'ex-conseiller fédéral. Objectif: contribuer à une sortie de crise (Mardi 12 septembre 2017)

Pascal Couchepin est au Burundi, mandaté par la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean. Il s'agit de la troisième mission du genre pour l'ex-conseiller fédéral. Objectif: contribuer à une sortie de crise (Mardi 12 septembre 2017)

Keystone
Le Conseil de sécurité de l'ONU s'alarme d'informations faisant état de torture et d'enlèvements au Burundi, sans pour autant imposer de sanctions. (Lundi 13 mars 2017 - Image d'archive)

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'alarme d'informations faisant état de torture et d'enlèvements au Burundi, sans pour autant imposer de sanctions. (Lundi 13 mars 2017 - Image d'archive)

Keystone

Deux camps militaires du nord et du sud de Bujumbura ont été attaqués simultanément vendredi à l'aube et les assaillants repoussés après plusieurs heures de combats qui ont fait «des dizaines de morts», ont annoncé diverses sources concordantes. Des affrontements sporadiques se poursuivaient en début de matinée dans divers quartiers de la capitale burundaise, ont indiqué des témoins.

Selon Jean-Claude Karerwa, porte-parole adjoint du président Pierre Nkurunziza, un Conseil des ministres extraordinaire a été convoqué dans la matinée. Il sera consacré aux mesures à prendre pour faire face à la situation en cours, a confié une source à la présidence. Ces combats sont les plus intenses depuis la tentative déjouée de coup d'Etat militaire les 13 et 14 mai.

Assaillants tués

Vendredi, «vers 4 heures (2 heures GMT), des hommes lourdement armés ont attaqué le camp Ngagara et l'ISCAM» (Institut supérieur des Cadres militaires), respectivement dans le nord et le sud de Bujumbura, a indiqué un haut gradé de l'armée ayant requis l'anonymat.

«Après plus de deux heures d'affrontements», les assaillants de l'ISCAM «ont été repoussés» et «pratiquement tous les assaillants ont été tués dans le camp Ngagara», a-t-il ajouté. «Il y a des dizaines de morts chez les assaillants et nous comptons aussi des pertes», a-t-il poursuivi, assurant que la situation était en passe d'être «totalement» maîtrisée. Mais selon un diplomate occidental et des témoins, des combats se poursuivaient vers 7 heures GMT dans certains quartiers de Bujumbura.

Affrontements très intenses

Sur son compte Twitter, Willy Nyamitwe, responsable de la communication présidentielle, a indiqué que des insurgés ont essayé d'attaquer des camps militaires, mais ont échoué. De nombreux riverains des camps, contactés par l'AFP ont fait état d'affrontements très intenses, d'explosions et de tirs d'armes automatiques durant plusieurs heures.

Selon le haut gradé de l'armée, «tous les ponts sont sous contrôle de l'armée, qui y a disposé des blindés, et aucun mouvement d'un quartier à un autre n'est autorisé», a expliqué à l'AFP le haut gradé de l'armé.

Appel à la prudence

Les ambassades des Etats-Unis, de Belgique, de France et des Pays-Bas, ainsi que l'ONU ont appelé vendredi leurs ressortissants et employés à ne pas quitter leur domicile.

«Les tirs ont commencé vers 4 heures, des assaillants ont essayé d'entrer dans les camps Iscam et Ngagara. Ils n'ont apparemment pas réussi, mais en ce moment des combats se poursuivent dans certains quartiers de la ville», a expliqué un diplomate occidental faisant état de tirs et d'explosions. «Il n'est pas question de sortir en ville, nos ressortissants ont reçu la consigne de rester chez eux», a-t-il expliqué.

«C'est une escalade très inquiétante car il s'agit de véritables opérations militaires ou paramilitaires qui se déroulent dans la capitale», a-t-il estimé.

(AFP)

Ton opinion