Bienne – Des drones à la place des feux d’artifice
Publié

BienneDes drones à la place des feux d’artifice

Supprimer un spectacle qui pollue et qui fait peur aux animaux, c’est une idée qui a franchi un cap.

par
Vincent Donzé
Le «Big bang» au-dessus du lac de Bienne: c’est bientôt fini.

Le «Big bang» au-dessus du lac de Bienne: c’est bientôt fini.

Tourismus Biel Seeland

À Bienne, les feux du 1er août sont tirés traditionnellement le 31 juillet pour faire bénéficier les citoyens d’une grasse matinée après la fête. Pandémie oblige, rien n’est encore décidé pour 2022, mais à terme, ces feux suivis par 70’000 spectateurs seront remplacés par un show de drones, suite à une décision prise jeudi soir par les parlementaires biennois. Comme à Zurich, Berne et Saint-Moritz.

Au Conseil de Ville, les intervenants ont jugé qu’«une fête nationale sans feux d’artifice, c’est assurément plus agréable pour les animaux et plus écologique» et qu’outre l’avantage écologique de supprimer des particules fines, un spectacle de drones «protège ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas assister aux festivités».

Selon «Le Journal du Jura», il n’y avait guère que l’UDC pour juger la proposition trop extrême en arguant que «le problème se situe plutôt du côté des pétards dans les quartiers, plus dangereux».

Neutre en CO²

Après deux années d’absence pour cause de pandémie, les jours du «Big bang» sont comptés, sur le lac de Bienne. Le maire Erich Fehr et ses collègues du Conseil municipal se disent «ouverts au changement»: à la place du pyrotechnicien lucernois Toni Bussmann, l’entreprise régionale «Swiss Drone Show» pourrait assurer un spectacle écologique et neutre en CO².

Il y a quatre ans, l’écologiste Urs Scheuss avait déjà obtenu une réduction de décibels: les coups de semonce marquant le début et la fin du programme ont été supprimés. But visé: diminuer le stress des animaux domestiques et sauvages, sachant que les détonations provoquent une grande panique chez les oiseaux en éloignant les mères de leurs poussins.

Huit minutes

Le garde-faune biennois n’a pas constaté une hausse de la mortalité, mais la revendication des Verts biennois reposait sur une étude réalisée en 2015 sur le lac de Constance. Publiée dans la revue «Der ornithologische Beobachter», cette étude indiquait qu’un feu d’artifice de huit minutes a chassé 95% des oiseaux qui se trouvaient dans la baie proche de l’île de Mainau (D). Ailleurs, des caméras infrarouges ont montré des canards s’envoler au loin en pleine mue.

Au sein du comité d’organisation de la Fête du lac de Bienne, Marc Cattaruzza estime qu’avec des drones, le spectacle serait trop calme et trop lent, les drones ne parvenant pas à rivaliser de vitesse avec les fusées. Autre problème: les drones ne peuvent pas intervenir par tous les temps, au contraire des feux d’artifice, comme il l’a dit au «Bieler Tagblatt».

Votre opinion

3 commentaires