Genève: Des employés des TPG se plaignent de cadres «tyranniques»

Publié

GenèveDes employés des TPG se plaignent de cadres «tyranniques»

Un «climat de terreur» au sein de l’administration des Transports publics genevois a été dénoncé par le Syndicat du personnel des transports. L’Office cantonal de l’inspection du travail a convoqué la direction de l’entreprise.

La direction des TPG confirme avoir été informée du dépôt de plaintes auprès de l’Office cantonal de l’inspection du travail et est désormais dans l’attente d’un rapport. 

La direction des TPG confirme avoir été informée du dépôt de plaintes auprès de l’Office cantonal de l’inspection du travail et est désormais dans l’attente d’un rapport.

KEYSTONE

Le Syndicat du personnel des transports (SEV) dénonce «un climat de terreur» au sein de l’administration des Transports publics genevois (TPG). Des collaborateurs ont saisi l’Office cantonal de l’inspection du travail (OCIRT) qui a convoqué la direction. Un rapport est attendu.

Au total, 18 collaborateurs et un ex-collaborateur ont été entendus par l’OCIRT, indique Valérie Solano, secrétaire syndicale. Elle revenait vendredi sur des informations de la Tribune de Genève. Selon la syndicaliste, deux cadres sont particulièrement visés, mais c’est l’ensemble du management qui est en cause.

«Elle terrorise les gens»

Une de ces deux dirigeantes «terrorise les gens et s’immisce dans le micromanagement», relève le SEV. Les plaignants dénoncent des attitudes tyranniques et colériques, ajoute Valérie Solano. Selon le SEV, les collaborateurs ont alerté au début 2019 le Groupe de confiance de l’État, sans résultat. Le syndicat demande la suspension des personnes incriminées et l’ouverture d’une enquête.

La direction des TPG confirme avoir été informée du dépôt de plaintes auprès de l’OCIRT. Elle est désormais dans l’attente d’un rapport afin de connaître la nature de ces plaintes et de pouvoir déterminer un plan d’actions. La direction précise n’avoir pas été informée de «comportements tyranniques» et de «gens terrorisés».

(ATS/NXP)

Ton opinion