Publié

SyrieDes enfants électrocutés et battus par l'armée

Des adolescents font l'objet de tortures de la part des forces de sécurité en Syrie qui les brûlent avec des cigarettes et les suspendent avec des menottes métalliques.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

"L'armée et les officiers de la sécurité ont arrêté et torturé des enfants l'année dernière sans être inquiétés. Au moins 12 cas ont été recensés d'enfants détenus dans des conditions inhumaines, torturés ou tués par balles dans leur maison et dans les rues", dénonce l'organisation basée à New York.

HRW accuse le gouvernement syrien d'avoir "transformé des écoles en lieux de détention et en bases militaires, et d'avoir posté des tireurs embusqués sur ces bâtiments, où des enfants ont également été arrêtés".

"La répression n'a pas épargné les enfants", a souligné Lois Whitman, directrice des droits des enfants à HRW.

"Des enfants ayant à peine 13 ans ont rapporté à Human Rights Watch que des officiers les avaient placés en confinement solitaire, brutalement battus et électrocutés, les avaient brûlés avec des cigarettes, et les avaient suspendus avec des menottes métalliques, parfois pendant des heures, à quelques centimètres du sol", poursuit le rapport.

Les parents d'un garçon de 13 ans à Lattaquié (nord ouest) ont affirmé qu'il avait été détenu pendant neuf jours après avoir été accusé de brûler des portraits du président Bachar Al-Assad, d'inciter à manifester contre le régime et de détruire des véhicules des forces de sécurité.

Ongles des pieds arrachés

Les membres de la sécurité "ont brûlé le cou et les mains du garçon avec des cigarettes et ont jeté de l'eau bouillante sur son corps", affirme HRW, citant les parents.

Un autre garçon de 13 ans a raconté à HRW que les forces de sécurité l'avaient torturé pendant trois jours en mai dans un bureau militaire. Il a affirmé qu'il avait perdu connaissance après avoir été électrocuté à l'estomac.

"Quand ils m'ont interrogé une deuxième fois, ils m'ont électrocuté de nouveau. La troisième fois, ils avaient des pinces avec lesquelles ils m'ont arraché les ongles des pieds", a-t-il dit.

HRW appelle "le Conseil de sécurité de l'ONU à demander d'urgence au gouvernement de Damas de mettre fin à toutes ces violations et à coopérer avec la commission d'enquête formée par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU".

La répression de la révolte contre le régime du président Bachar Al-Assad, débutée en mars 2011, a fait plus de 6'000 morts, et des milliers de personnes ont été arrêtées, selon des militants syriens.

(AFP)

Votre opinion