Publié

InternetDes escrocs envoient des faux courriels au nom de l'Administration

Une nouvelle vague de «phishing» déferle dans les boîtes mail helvétiques. Les escrocs demandent les coordonnées de cartes bancaires au nom de l'OFEN.

Des escrocs envoient des faux courriels au nom de l'Administration fédérale.

Des escrocs envoient des faux courriels au nom de l'Administration fédérale.

Keystone

Des fraudeurs envoient des courriels au nom de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) ou de Suisse énergie pour essayer de s'emparer des données de cartes de crédit des utilisateurs.

Ceux-ci sont appâtés grâce à un e-mail, qui promet le remboursement de 165 francs, indique l'OFEN dans un communiqué vendredi. Le courriel contient un lien vers un site internet d'aspect identique à celui de l'Office fédéral de l'énergie.

Données de cartes bancaires

Sur ce dernier, les destinataires sont invités à insérer leur adresse ainsi que les données de leur carte bancaire, c'est-à-dire le numéro de la carte, la date d'expiration et le code de sécurité à trois chiffres.

L'administration fédérale invite les utilisateurs à effacer le courriel: celle-ci ne communique jamais sur d'éventuels remboursements par e-mail, ni ne demande des données de carte bancaire.

Début juin, des escrocs avaient déjà tenté de se faire passer pour un service de l'Administration fédérale, cette fois celle des contributions (AFC), en envoyant des e-mails à son nom. Certains contribuables ont reçu des courriels leur demandant de verser de l'argent ou de transmettre des informations sur des comptes ou des cartes de crédit.

Le «phishing» progresse

En 2013, l'augmentation des cas de «phishing» a été marquante en Suisse. Les cybercriminels se cachent derrière des courriels prétendument envoyés par des sites reconnus pour s'emparer des données personnelles des victimes, comme les codes d'accès aux comptes bancaires en ligne. Ces données leur permettent ensuite de piller des comptes.

Ce type d'arnaque se fait de plus en plus par téléphone, constatent les experts. Les escrocs se font passer pour les employés d'un support-client d'une banque. Or, aucun institut financier ne demande jamais de telles données à ses clients par courriel ou par téléphone.

(ats)

Votre opinion