Moscou - «Des étalages vides ici, on n’avait jamais vu ça, même pendant la guerre»
Publié

Moscou «Des étalages vides ici, on n’avait jamais vu ça, même pendant la guerre»

Ouvert en 1901 dans la capitale russe, le prestigieux magasin d’alimentation Elisséïevski serait sur le point de mettre la clé sous la porte.

Le magasin de produits alimentaires Elisséïevski, ouvert depuis plus d’un siècle et vendant toutes sortes de produits alimentaires dans un décor somptueux dans le centre de Moscou, est menacé de fermeture, ont rapporté plusieurs médias d’Etat russes.

Des allées désertées

La directrice générale des lieux, Natalia Kharitonova, a indiqué mardi à l’agence de presse TASS que la chaîne qui exploitait le magasin «mettra fin à la coopération avec Elisséïevski en avril».

Elle a ajouté négocier avec plusieurs potentiels repreneurs, mais ne pas être en mesure de conclure de nouveaux contrats en raison d’un problème au niveau du cadastre.

Le média d’Etat Russia Today a lui indiqué que la boutique fermerait le 11 avril, citant un représentant. Contacté par l’AFP, le magasin n’a pas souhaité s’exprimer.

Depuis plusieurs jours, de nombreux internautes se sont plaints sur les réseaux sociaux des étalages presque vides et des allées désertées sous les lustres.

Rendez-vous de l’élite soviétique

«Des étalages vides à l’Elisséïevski, on n’a jamais vu ça, même pendant la guerre» ni même après la fin de l’Union soviétique, indiquait un reportage de la chaîne publique Rossiïa-1 diffusé la semaine dernière.

Situé sur la prestigieuse rue Tverskaïa, ce magasin est une importante attraction touristique à Moscou.

Fondé en 1901 par le marchand Grégori Elisséïev, puis renommé en 1920 «Gastronome numéro 1" par les bolchéviks, il venait de fêter ses 120 ans d’existence. Il a longtemps été un des endroits où les élites soviétiques faisaient leurs courses.

Des produits de grande consommation, mais aussi des produits marinés, du pain frais et des pâtisseries y sont vendus par des employés vêtus d’uniformes vintage blanc et bordeaux.

(AFPE)

Votre opinion