Publié

JaponDes évacués de Fukushima peuvent revenir pour les Fêtes

Quelque 27'000 personnes évacuées des environs de la centrale accidentée de Fukushima sont exceptionnellement autorisées par les autorités à passer les Fêtes de fin d'année dans leur ancienne maison abandonnée.

1 / 73
Les travaux de décontamination des sols entrepris après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, essentiellement par décapage, ont permis de réduire de 80% les concentrations de césium radioactif. (Jeudi 12 décembre 2019)

Les travaux de décontamination des sols entrepris après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, essentiellement par décapage, ont permis de réduire de 80% les concentrations de césium radioactif. (Jeudi 12 décembre 2019)

Keystone
L'autorité japonaise de régulation nucléaire a estimé techniquement conformes aux nouvelles normes deux réacteurs nucléaires de la compagnie Tepco, une première pour cet opérateur considéré comme responsable de l'accident de Fukushima. (4 octobre 2017)

L'autorité japonaise de régulation nucléaire a estimé techniquement conformes aux nouvelles normes deux réacteurs nucléaires de la compagnie Tepco, une première pour cet opérateur considéré comme responsable de l'accident de Fukushima. (4 octobre 2017)

archive/photo d'illustration, Keystone
L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima, au nord-est du Japon, a commencé mardi à geler le dernier tronçon d'un mur de glace souterrain de 1,5 km. Il est destiné à empêcher la contamination radioactive des flux d'eau. (Mardi 22 août 2017)

L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima, au nord-est du Japon, a commencé mardi à geler le dernier tronçon d'un mur de glace souterrain de 1,5 km. Il est destiné à empêcher la contamination radioactive des flux d'eau. (Mardi 22 août 2017)

AFP

Fêtes obligent, environ 27'000 personnes qui avaient été éloignées de Fukushima après la catastrophe peuvent revenir chez elles temporairement. Mais seule une minorité d'entre elles entend profiter de cette autorisation.

Les villes de Minamisoma, Naraha, Kawauchi, Iitate notamment permettent à une partie des ex-résidents de divers quartiers de revenir y vivre quelques jours pour Noël et le Nouvel an. Le séjour dans ces zones est normalement interdit la nuit.

Une partie de ces cités peut être visitée la journée pour nettoyer et décontaminer les habitats et leurs pourtours. Mais elles demeurent inhabitables tant que le niveau de radioactivité n'y a pas été ramené à un seuil jugé acceptable et tant que les infrastructures vitales n'y ont pas été reconstruites.

Séjour exceptionnel entre le 24 décembre et le 7 janvier

Cette année, le séjour exceptionnel est possible entre le 24 décembre et le 7 janvier (ou entre le 28 décembre et le 5 janvier), moyennant un enregistrement préalable auprès des autorités.

Toutefois, il semblerait que cette faveur faite à des personnes qui n'ont plus dormi chez elles depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi survenue il y a 2 ans et 9 mois ne soit pas très courue. Selon les médias, au 19 décembre, seulement 1701 personnes (556 foyers) avaient déposé une demande de laissez-passer nécessaire.

Beaucoup de maisons ont en effet été en tout ou partie détruites par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011. Même si elles sont encore debout, elles sont parfois insalubres et souffrent d'un niveau d'exposition radioactive qui peut être très élevé, ce qui n'incite pas au retour, même ponctuel.

(ats)

Votre opinion