Attentat de Londres: Des explosifs factices pour semer la panique
Publié

Attentat de LondresDes explosifs factices pour semer la panique

Les auteurs de l'attaque qui a fait huit morts le 3 juin à Londres, portaient de fausses ceintures explosives pour créer un «maximum de panique», a indiqué la police.

1 / 50
Le Royaume-Uni a commémoré dimanche l'attentat du London Bridge, qui avait fait huit morts et une cinquantaine de blessés il y a un an, lors d'une cérémonie suivie d'une minute de silence observée sur le lieu même de l'attaque. (dimanche 3 juin 2018)

Le Royaume-Uni a commémoré dimanche l'attentat du London Bridge, qui avait fait huit morts et une cinquantaine de blessés il y a un an, lors d'une cérémonie suivie d'une minute de silence observée sur le lieu même de l'attaque. (dimanche 3 juin 2018)

AFP
Il y a un an, responsables politiques et médias ont venté son «héroïsme» durant l'attentat de London Bridge. Mais pour Florin Morariu, jeune boulanger roumain, c'est après l'attaque terroriste que le plus dur a commencé. (1er juin 2018)

Il y a un an, responsables politiques et médias ont venté son «héroïsme» durant l'attentat de London Bridge. Mais pour Florin Morariu, jeune boulanger roumain, c'est après l'attaque terroriste que le plus dur a commencé. (1er juin 2018)

dr
Le Royaume-Uni commémorera dimanche l'attentat de London Bridge, qui avait fait huit morts et une cinquantaine de blessés le 3 juin 2017. Christine Delcros s'en souvient: elle était sur le pont, elle y a perdu son compagnon. (Vendredi 1er juin 2018)

Le Royaume-Uni commémorera dimanche l'attentat de London Bridge, qui avait fait huit morts et une cinquantaine de blessés le 3 juin 2017. Christine Delcros s'en souvient: elle était sur le pont, elle y a perdu son compagnon. (Vendredi 1er juin 2018)

AFP

«Je n'avais encore jamais vu au Royaume-Uni une telle tactique où les terroristes cherchent à créer un maximum de panique en s'attachant des explosifs factices. Quiconque les ayant vus cette nuit-là aurait pensé que c'étaient de vrais explosifs», a commenté Dean Haydon, le patron de l'unité antiterroriste à Scotland Yard.

Les photos publiées dimanche par la police montrent des ceintures en cuir auxquelles ont été attachées des bouteilles d'eau en plastique recouvertes de bande adhésive grise et noire.

Couteaux de 30 centimètres

Les trois assaillants, Khuram Butt, Rachid Redouane et Youssef Zaghba, portaient chacun une telle ceinture lorsqu'ils ont lancé une camionnette contre des piétons sur le pont de London Bridge avant de s'attaquer aux passants avec des couteaux en céramique longs de 30 centimètres.

Huit personnes ont été tuées, dont trois Français, et des dizaines d'autres blessées dans leur équipée meurtrière dans ce quartier touristique et festif de la capitale. Les trois assaillants ont été abattus par la police huit minutes après le début de l'attaque.

«C'est possible qu'ils projetaient une situation de siège ou qu'ils pensaient qu'elles (les fausses ceintures explosives) puissent les protéger d'être eux-mêmes la cible de tirs», a déclaré le commandant Dean Haydon. «Cela rend encore plus remarquable le courage dont ont fait preuve les policiers et les membres du public qui ont confronté les terroristes», a-t-il ajouté.

Ils voulaient louer un poids lourd

Vingt personnes ont été arrêtées et sept étaient toujours en garde à vue dimanche dans le cadre de l'enquête. La police britannique avait révélé samedi que l'attentat aurait pu être encore plus meurtrier puisque les assaillants ont tenté de louer un poids lourd de 7,5 tonnes mais que «la procédure de paiement avait échoué».

Les assaillants ont alors opté pour une camionnette, moins chère, avec laquelle ils ont écrasé des piétons sur le London Bridge, tuant trois personnes. Ils se sont ensuite attaqués à des passants avec des couteaux dans les environs de Borough Market, tuant cinq personnes supplémentaires. Différents objets ont été retrouvés à l'intérieur du véhicule parmi lesquels des cocktails Molotov et deux chalumeaux.

(AFP)

Votre opinion