Actualisé

GenèveDes gardiens de prison portent plainte contre leur hiérarchie

Les quatre gardiens de prison genevois qui avaient été suspendus de leurs fonctions en août dernier contre-attaquent.

En août 2012, les détenus ont profité d’un pique-nique en compagnie du personnel de la prison. C'est une de ces images qui est au cœur du différend.

En août 2012, les détenus ont profité d’un pique-nique en compagnie du personnel de la prison. C'est une de ces images qui est au cœur du différend.

DR

Par l'intermédiaire de leur avocat Jacques Roulet, ils ont porté plainte mercredi contre la directrice de l'établissement fermé de la Favra et contre ses supérieurs hiérarchiques.

Les quatre gardiens font l'objet d'une enquête administrative interne. Ils sont soupçonnés par leur hiérarchie de violation du secret de fonction. Ils auraient transmis à la presse des images prises par des caméras de surveillance de la Favra montrant notamment la directrice de la prison trinquant avec des détenus.

Dans un communiqué envoyé à l'ats, M. Roulet affirme que ses clients n'ont rien à voir avec la remise de fichiers vidéo aux médias. L'avocat a adressé une lettre ouverte au conseiller d'Etat Pierre Maudet dans laquelle il lui demande, une nouvelle fois, de lever la suspension provisoire dont font l'objet les quatre gardiens.

M.Roulet rappelle que des gardiens ont depuis plusieurs années «tenté d'alerter leurs supérieurs hiérarchiques sur le dangereux laxisme qui régnait dans les prisons genevoises, source de très importants risques sécuritaires». Selon l'avocat, ils n'ont toutefois jamais été entendus.

La plainte pénale qui a été déposée mercredi par les quatre gardiens suspendus et un de leurs collègues vise la mise en danger de la vie ou de la santé d'autrui, l'abus d'autorité, la dénonciation calomnieuse, l'entrave à l'action pénale et la violation de la loi fédérale sur la protection des données, ainsi que la contrainte.

Pas de commentaire

Le département de la sécurité de Pierre Maudet se refuse pour l'instant à commenter la procédure. «Une enquête administrative est en cours», a relevé sa porte-parole Caroline Widmer. La plainte pénale va se trouver entre les mains du procureur général de Genève Olivier Jornot qui devra décider d'y donner suite ou non.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!