JO 2020 - Des Jeux pas tout à fait à huis clos
Publié

JO 2020Des Jeux pas tout à fait à huis clos

Au Japon, samedi, le public a pu assister à la course cycliste sur route et à un match de football féminin entre les Pays-Bas et le Brésil. Les fans en ont profité.

par
Claude-Alain Zufferey
Course cycliste sur route et match de football ont eu le droit de se dérouler avec du public.

Course cycliste sur route et match de football ont eu le droit de se dérouler avec du public.

REUTERS

Les Jeux olympiques japonais se déroulent en très grande partie à huis clos, sauf à quelques rares exceptions. L’une des images de samedi restera celle du public, privé de cérémonie d’ouverture et des épreuves à Tokyo, mais autorisé sous certaines conditions dans d’autres régions du pays, dont celle du Mont Fuji.

Le public était bel et bien présent aux bords des routes samedi au Japon.

Le public était bel et bien présent aux bords des routes samedi au Japon.

Pool via REUTERS

Les spectateurs s’étaient donc donné rendez-vous sur le bord de la route: des milliers des personnes ont encouragé les coureurs sur les 234 km entre Saitama (au nord-est de Tokyo) et l’arrivée sur le circuit automobile du Fuji Speedway. Lors de l’arrivée victorieuse de l’Équatorien Richard Carapaz, ses tribunes étaient quasi pleines.

Pays-Bas – Brésil devant 10’000 spectateurs

Pour certaines rencontres de football, les fans sont également acceptés. Par exemple, dans le nord du Japon, à Miyagi: «On ne voulait pas manquer cette occasion», a expliqué samedi à l’AFP l’un des spectateurs du match entre le Brésil et les Pays-Bas, qui a vu les deux équipes se séparer sur un score nul de 3-3.

Malgré 10’000 spectateurs, le Miyagi Stadium paraissait bien vide.

Malgré 10’000 spectateurs, le Miyagi Stadium paraissait bien vide.

Getty Images

Ils étaient d’ailleurs des milliers à s’être pressés pour suivre cette partie du tournoi féminin, avec une limite fixée à 10’000 spectateurs. «C’est mon premier match, je suis vraiment impatient. C’est vrai que les chiffres sur la progression du nombre de contaminations au Covid 19 m’inquiètent, mais j’ai quand même décidé de venir avec un ami et d’en profiter», a expliqué Koji Abe, un spectateur de 70 ans, venu d’une ville voisine. «Cela aurait été mieux de repousser les Jeux de quelques mois», a-t-il toutefois estimé.

Interdiction de crier dans le stade

Masa et Hiro Numakura sont eux venus exprès de Tokyo pour assister à ce match: «On ne voulait pas manquer cette occasion», a expliqué cet employé de banque.

Pour prendre place en tribune, les spectateurs ont dû respecter des règles strictes: «On n’a pas le droit de crier, juste d’applaudir», a-t-il rappelé.

Votre opinion