Varsovie – Des leaders de partis souverainistes débattent de leur alliance au sein de l’UE
Publié

VarsovieDes leaders de partis souverainistes débattent de leur alliance au sein de l’UE

Alors que ces formations politiques sont actuellement scindées en deux groupes distincts, l’objectif est de créer un «grand groupe» au Parlement européen.

Marine Le Pen dans la capitale polonaise.

Marine Le Pen dans la capitale polonaise.

AFP

Une quinzaine de partis souverainistes d’extrême droite et conservateurs, dont le Rassemblement national de Marine Le Pen et le parti polonais Droit et Justice (PiS), signataires en juillet d’une déclaration commune en vue d’une alliance, se réunissent samedi à Varsovie pour débattre de leur vision de l’UE.

Marine Le Pen a indiqué aux journalistes que ces formations politiques participent à cette réunion dont l’objectif est de créer «ce grand groupe» au Parlement européen où elles sont actuellement scindées en deux groupes distincts. «On peut envisager avec optimisme dans les mois qui viennent le débouché si vous voulez de cette force politique» qui, si elle voit le jour, «sera la deuxième force au sein du parlement européen», a déclaré la candidate à l’élection présidentielle en France en avril prochain.

Outre Marine Le Pen et le chef de la Ligue italienne Matteo Salvini (absent toutefois à Varsovie), figuraient parmi les signataires de la déclaration de juillet le Premier ministre et patron du Fidesz hongrois Viktor Orban, le chef du PiS Jaroslaw Kaczynski, le président de Vox en Espagne Santiago Abascal, et la cheffe de Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni, attendus à Varsovie. La liste complète des participants n’a pas pourtant été diffusée vendredi par les organisateurs.

Au Parlement européen, le RN et la Ligue appartiennent au groupe Identité et Démocratie (ID), tandis que Droit et Justice, Vox et Fratelli d’Italia sont dans le groupe des Conservateurs et réformistes européens (CRE). Le Fidesz, qui a divorcé en mars du groupe du Parti populaire européen (PPE), est lui à la recherche d’autres partenaires.

«C’est un travail de longue haleine de réussir à réunir l’ensemble des mouvements politiques. Ça prend du temps», a reconnu Marine Le Pen, pour qui la rencontre de Varsovie sera une «étape importante». Les partis signataires de la déclaration en juillet ont insisté sur la nécessité d’une «réforme profonde» de l’UE, craignant la «création d’un super-État européen».

«Tournant historique»

Selon Ewa Marciniak, politologue de l’Académie polonaise des sciences, les participants tâcheront de «minimiser les différences entre eux», notamment leurs positions parfois divergentes face à Moscou, à l’avortement, au mouvement LGBT, ou leurs affiliations historiques, insistant sur «la volonté commune de retrouver les racines de l’UE, la pensée des pères fondateurs de l’UE».

Des experts polonais évoquent le contexte actuel de la rencontre, avec la création d’une nouvelle coalition gouvernementale en Allemagne, et la signature par Paris et Rome, la semaine dernière, d’un traité de coopération renforcée pour consolider une relation éprouvée ces dernières années, avec pour toile de fond la transition qui s’opère en Europe avec le départ d’Angela Merkel. «Un des éléments du nouvel accord de coalition en Allemagne évoque la fédéralisation de l’UE», à l’opposé des souhaits des leaders souverainistes, rappelle Ewa Marciniak.

Vendredi, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a considéré qu’il s’agit en ce moment d’un «tournant dans l’histoire de l’Europe, de l’Union européenne, des États membres souverains de l’UE». «Soit (…) ensemble nous mettrons un barrage à l’usurpation qui concentre le pouvoir entre les mains des élites européennes (…), soit nous serons confrontés à l’extension des compétences (des institutions européennes, ndlr) et à la contraction de ce qu’est l’une des meilleures inventions de l’humanité, c’est-à-dire des États souverains», a-t-il estimé lors d’une réunion d’experts.

De son côté, Katalin Novak, ministre hongroise de la Famille, a assuré que «l’objectif de Fidesz est de faire en sorte que les personnes nationalistes, pro-liberté, anti-immigration et respectueuses des valeurs familiales traditionnelles soient représentées aussi fortement que possible dans le processus décisionnel européen».

En octobre, Marine Le Pen a déjà rencontré Mateusz Morawiecki et Viktor Orban, pour dénoncer «l’asservissement» de l’UE et la «submersion migratoire». La Pologne et la Hongrie sont menacées par un mécanisme de l’UE permettant de suspendre le versement de fonds européens en cas de violation des principes de l’État de droit, en raison de leurs démêlés récurrents avec Bruxelles sur le respect des valeurs jugées fondamentales au sein de l’Union européenne.

(AFP)

Votre opinion