Colombie: Des législatives démarrent dans le silence des armes

Publié

ColombieDes législatives démarrent dans le silence des armes

Les Colombiens votent dans le calme dimanche pour des législatives où le possible retour de la droite fait craindre pour l'accord de paix.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

La Colombie a commencé à voter dimanche pour des législatives où la droite opposée à l'accord de paix avec les Farc part favorite, mais où les ex-guérilleros participent aussi, pour la première fois en plus de 50 ans de conflit armé.

Le scrutin, qui s'est ouvert à 08h00 (13h00 GMT), devrait se dérouler dans le silence des fusils: les Farc désarmées ont quitté la jungle pour l'arène politique, et l'ELN, dernière guérilla active, observe un cessez-le-feu unilatéral pour l'occasion.

Le président Juan Manuel Santos a qualifié cette journée électorale d'«historique». «Ces élections sont très spéciales. C'est la première fois, en plus d'un demi-siècle, que les Farc, au lieu de saboter les élections y participent», a déclaré M. Santos, en ajoutant que l'ELN «a jusqu'à maintenant respecté» la trêve annoncée jusqu'à mardi. L'accord de paix qu'il a signé en novembre 2016 avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) garantit 10 des 280 sièges du prochain Congrès à l'ancienne guérilla marxiste, devenue la Force alternative révolutionnaire commune, sous le même acronyme.

Mais le nouveau parti à la rose rouge s'est retiré de la course à la présidence: son chef et candidat Rodrigo Londoño, alias Timochenko, 59 ans, a subi un pontage coronarien mercredi dernier suite à un infarctus. Crédité de seulement 1% d'opinions favorables, il était bon dernier dans les sondages.

La droite donnée favorite

Dans un pays où l'abstention flirte avec les 60% et où la gauche est divisée, la droite dure pourrait emporter la majorité absolue au Parlement et peser sur la prochaine présidentielle.

Plus de 36 millions d'électeurs sont appelés à élire leurs députés et sénateurs parmi quelque 2.700 candidats, jusqu'à 16h00 (21h00 GMT), à l'issue d'une campagne marquée par des violences contre la Farc, qui a annulé tout meeting public. Leonardo Gaviria, 36 ans, qui votait à Bogota, craint qu'avec un Congrès de droite, «le pays restera dominé par le même» courant, et n'est pas opposé à la participation des ex-rebelles. «Je préfère les voir assis, espérant des voix que dans la montagne armés», a déclaré à l'AFP cet informaticien.

Emmenées par le sénateur et ex-président Alvaro Uribe, les forces de droite de la quatrième économie d'Amérique latine, traditionnellement gouvernée par des conservateurs, devraient tenir le devant de la scène. Les sondages prédisent un triomphe législatif d'Uribe et de son parti, le Centre démocratique (CD), ainsi que d'autres mouvements opposés à l'accord de paix qui a polarisé le pays.

Bien qu'elle l'ait promis, la droite pourra difficilement jeter aux orties ce texte, dont un point majeur, le désarmement des 7.000 guérilleros des Farc, est effectif. Mais elle pourrait bloquer la mise en oeuvre du reste du pacte, dont la réforme agraire et la justice spéciale de paix. Les ex-rebelles doivent avouer leurs crimes, dédommager les victimes et les repentis pourront bénéficier de peines alternatives à la prison, ce qu'elle rejette.

L'avenir de la paix en jeu

«Le seul fait de ne pas appliquer ce qui a été signé serait suffisant pour que cet accord reste sans effet», a déclaré à l'AFP l'expert du conflit et du processus de paix, Frédéric Massé, de l'université Externado.

La droite pourrait aussi remporter la présidence, prévue les 27 mai et 17 juin, et retarder les pourparlers de paix avec l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste). Les négociations ont été gelées en février par le gouvernement suite à des attentats meurtriers de cette guérilla d'environ 1.500 combattants. Le président Santos, au pouvoir depuis 2010 et qui le quittera le 7 août, entendait parvenir à une «paix complète» en signant avec l'ELN. Il ne peut légalement se représenter après deux mandats et sa majorité de centre-droit s'est délitée au fil de scandales de corruption.

Ce dimanche ont lieu aussi les primaires des deux grandes tendances pour désigner leurs candidats présidentiels. A droite, le sénateur Ivan Duque (CD), est favori. A gauche, Gustavo Petro, ancien maire de Bogota et ex-guérillero du M-19 dissout, devrait s'imposer. Avec le centriste Sergio Fajardo, ancien maire de Medellin, deuxième ville du pays, ils sont en tête des sondages.

Si Ivan Duque est élu, il aura l'appui du Parlement, mais sa majorité devra accepter d'y croiser d'ex-rebelles qui ont mis le pays à feu et à sang depuis les années 60. Si Gustavo Petro l'emporte, il deviendra le premier ex-guérillero à diriger le pays et le premier président de gauche de l'histoire de la Colombie. Mais avec le handicap d'un Congrès dominé par la droite.

(AFP)

Ton opinion