France: Des malfrats libérés car personne ne peut les mener au tribunal
Publié

FranceDes malfrats libérés car personne ne peut les mener au tribunal

En Savoie, deux personnes pincées avec 14 kg de cannabis ont été relâchées pour une étonnante raison.

par
R.M.
Les deux hommes étaient en détention provisoire à Aiton, en Savoie.

Les deux hommes étaient en détention provisoire à Aiton, en Savoie.

Deux hommes devaient comparaître lundi devant le tribunal correctionnel d’Albertville, en Savoie, pour une affaire de stupéfiants. Mais faute d’escorte appropriée ils ont été libérés, relate «Le Dauphiné»…

Tout débute le mercredi de la semaine dernière. Des douaniers contrôlent alors à Fréjus une voiture aux plaques espagnoles. À l’intérieur se trouvent deux ressortissants marocains qui se disent en route pour des vacances en Italie. Mais le chien renifleur des agents détecte une présence de stupéfiants. Puis les douaniers découvrent 144 paquets de cannabis dissimulés dans une cache aménagée dans un phare arrière, explique le quotidien français. En tout il y a 14 kilos.

Refus de comparaître en visioconférence

Les deux individus jurent qu’ils n’étaient pas au courant de la présence de la drogue et sont placés en détention provisoire avant leur comparution immédiate, fixée ce lundi. Ils n’ont pourtant jamais comparu.

«Ils n’ont pas pu être jugés faute d’escorte mise à disposition par le centre pénitentiaire d’Aiton», note «Le Dauphiné». «Constatant l’expiration de leur détention provisoire et leur refus de comparaître en visioconférence, la juridiction n’a pu que prononcer leur remise en liberté».

Les deux hommes seront finalement jugés en novembre. Mais on peut légitimement douter qu’ils pointent alors volontairement le bout de leur nez…

Étonnamment, selon le quotidien français, les cas de «refus d’extraction de détenus» menant à une libération ne sont pas si rares et même récurrents. La cause? «Essentiellement un manque symptomatique de personnel pénitentiaire.»

Votre opinion

36 commentaires