Actualisé 17.12.2016 à 05:52

PologneDes manifestants bloquent des dirigeants au Parlement

Le premier ministre et d'autres leaders sont retranchés à l'intérieur du bâtiment à Varsovie.

Les manifestants protestent contre le gouvernement et des lois anti-médias, le 16 décembre 2016 à Varsovie.

Plusieurs centaines de manifestants d'opposition bloquaient dans la nuit de vendredi à samedi toutes les sorties du Parlement à Varsovie où se trouvaient la Première ministre Beata Szydlo, le chef du parti conservateur au pouvoir Jaroslaw Kaczynski et plus de deux cents députés de la majorité.

Quelques députés de Droit et Justice (PiS) avaient tenté de quitter l'enceinte du Parlement, mais leurs voitures ont été arrêtées par la foule de manifestants et ont dû reculer. La police, présente en force, avait tenté d'évacuer quelques manifestants, mais y a rapidement renoncé et le blocage restait en place vers une heure du matin.

«Constitution», «médias libres» et encore «vous ne sortirez pas jusqu'à Noël», scandaient les manifestants agitant des drapeaux nationaux rouge et blanc et soufflant dans des cornes de brume. Vers minuit ils ont été rejoints par plusieurs députés de la Plateforme civique (PO, opposition, libéral), venus leur apporter leur soutien.

Nouveau réglement

Cette situation inédite a suivi une manifestation de quelques milliers de personnes dans la soirée devant le bâtiment du Parlement. Répondant à l'appel du mouvement de défense de la démocratie KOD, les participants entendaient protester d'abord contre un nouveau règlement limitant l'accès des médias aux députés, et ensuite contre l'adoption du budget de l'Etat pour 2017 dans des conditions inhabituelles et que l'opposition a jugées illégales.

De fait, les députés avaient été invités à procéder au vote dans une autre salle que l'hémicycle, car la tribune de celui-ci était occupée depuis plusieurs heures par une trentaine de parlementaires d'opposition protestant contre le nouveau règlement imposé aux journalistes.

Ex-membres de la police politique

Selon la majorité, le vote du budget et d'une loi réduisant les retraites des anciens membres de la police politique communiste s'est déroulé conformément aux règles, tandis que l'opposition émettait des doutes quant à sa légalité, en soulignant que certains députés n'ont pu entrer dans la salle où se déroulait le vote, en raison du chaos régnant pendant plusieurs heures au Parlement.

Pour plusieurs députés conservateurs, c'est le vote prévu de la loi sur les retraites des anciens agents et policiers du régime communiste qui avait incité leurs adversaires politiques, liés selon eux à ces milieux, à tenter de l'empêcher.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!