Actualisé 01.05.2013 à 21:21

1er mai en SuisseDes manifestations sans violence pour les salaires et l'AVS

Environ 700 personnes ont défilé mercredi en fin d'après-midi dans les rues de Lausanne à l'occasion du 1er mai et ils étaient plusieurs milliers à se rassembler à Genève et à Sion, à l'appel des syndicats.

1 / 8
Dans les rues de Lausanne.

Dans les rues de Lausanne.

Keystone
Des personnes defilent dans les rues de Lausanne.

Des personnes defilent dans les rues de Lausanne.

Keystone
Quelque 3000 personnes ont manifesté à Genève, avec une grande diversité de slogans mais le thème principal était la fermeture brutale du siège de Merck Serono, qui laisse sur le carreau 1250 personnes.

Quelque 3000 personnes ont manifesté à Genève, avec une grande diversité de slogans mais le thème principal était la fermeture brutale du siège de Merck Serono, qui laisse sur le carreau 1250 personnes.

Keystone

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues mercredi dans les rues de près de 50 localités de Suisse pour célébrer le travail. L'occasion pour les syndicats de s'appuyer sur le succès de l'initiative contre les rémunérations abusives pour promouvoir celles en faveur des salaires et des rentes AVS.

En plus de la voie syndicale classique, via les CCT, les organisations de salariés misent sur la démocratie directe, a tonné Giorgio Tuti, vice-président de l'Union syndicale suisse (USS), lors de son allocution à Schaffhouse. De Zurich, où le défilé a réuni 13'000 personnes, à Genève, les locomotives de la gauche et du monde syndical ont fait passer le même message.

Après avoir réussi à limiter les revenus les plus hauts, il s'agit désormais de faire progresser les bas salaires et d'assurer le niveau de vie des retraités. Pour cela, les citoyens auront au moins deux occasions de se prononcer, avec les textes «1:12» et «sur les salaires minimums», qui ont abouti, et l'initiative populaire AVS , dont la récolte de signatures vient à peine de débuter.

«Riches comme jamais»

Président du PS, Christian Levrat a donné le ton dès mardi soir dans un message vidéo diffusé sur le site de son parti. Les Suisses doivent recevoir «de meilleurs salaires» et «de meilleures rentes», a-t-il clamé.

Et son homologue de la Jeunesse socialiste de lui faire écho. Lors d'un discours prononcé dans plusieurs villes, David Roth a appelé ses concitoyens à faire «des Vasella, Blocher et autres Ospel le passé» et à s'approprier le futur.

La Suisse «est riche comme jamais», a rappelé pour sa part l'économiste en chef de l'USS Daniel Lampart à Weinfelden (TG). «A l'origine des 600 milliards de francs générés chaque année, il ne faut sûrement pas voir les pilotes casse-cou à la Marcel Ospel, mais bien les salariés qui se lèvent tous les matins, travaillent dur et doivent néanmoins compter chaque franc», a-t-il ajouté.

Conseillers fédéraux

Les deux conseillers fédéraux de gauche se sont aussi manifestés. Devant plus de 600 personnes à Bienne, Alain Berset a dit l'importance qu'il accorde à la solidarité et au renforcement de la sécurité sociale. Il ne faut, selon lui, plus opposer l'Etat social et l'économie.

Simonetta Sommaruga a, elle, rompu avec la tradition. Renonçant au discours, elle a opté pour une visite d'entreprise où elle s'est vu «confirmer que l'égalité des chances et l'intégration sont non seulement des enjeux sociaux majeurs, mais qu'il s'agit aussi de valeurs payantes pour les entreprises», a-t-elle dit devant les quelque 160 employés de PB Swiss Tools, à Wasen (BE).

A l'image de Lausanne où quelque 700 manifestants arboraient des slogans comme «Les salariés de ce pays ont droit à la dignité» dans un cortège de drapeaux rouge et blanc, les festivités n'ont donné lieu a aucun débordement, ou presque. Même à Zurich, la police dit avoir pu empêcher tout débordement grâce à l'engagement d'importantes forces.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!