Publié

Chasse à la baleineDes militants blessés par des marins japonais

Un incident entre opposants à la chasse à la baleine et marins japonais a fait trois blessés mercredi dans l'océan Antarctique, a annoncé l'organisation écologiste Sea Shepherd.

Sur cette image, les marins japonais arrosent le zodiac de Sea Shepherd.

Sur cette image, les marins japonais arrosent le zodiac de Sea Shepherd.

Reuters

L'incident s'est produit dans l'Antarctique, à environ 300 milles nautiques de Mawson Peninsula, alors que des militants et des journalistes embarqués sur un zodiac de Sea Shepherd tentaient de ralentir le Yushin Maru 2, un navire-harponneur qui participe à la campagne nippone de chasse à la baleine.

Un photographe français, Guillaume Collet, 27 ans, a été touché au bras droit et à l'épaule droite par un grappin jeté par des marins depuis le pont du Yushin Maru 2. Il souffre de "contusions profondes", indique Sea Shepherd dans un communiqué.

Un Américain, Brian Race, a reçu des coups de bâton en bambou au visage et présente des "coupures". Un Sud-Africain, Russell Bergh, cameraman pour la chaîne de télévision thématique Animal Planet, a également été blessé par un grappin.

Tentative de ralentissement

"Nos petits bateaux essayaient de ralentir le navire-harponneur Yushin Maru 2, qui suit agressivement le Steve Irwin," un bateau de la flotte de l'ONG, a expliqué la capitaine Paul Watson.

Trois baleiniers ont quitté sous bonne escorte le port japonais de Shimonoseki le 6 décembre pour la campagne annuelle de la chasse à la baleine au cours de laquelle ils prévoient de tuer quelque 900 petits rorquals et rorquals communs, selon les documents soumis par Tokyo à la Commission baleinière internationale (CBI).

La CBI interdit toute pêche à visée commerciale depuis 1986 mais le Japon organise des campagnes de chasse à la baleine au nom de la "recherche scientifique" sur les cétacés, exploitant une tolérance de la CBI pour ce type de pêche.

Les pays protecteurs des baleines et les défenseurs de l'environnement dénoncent cette pratique comme une chasse commerciale déguisée.

(AFP)

Ton opinion