Publié

MonnaieDes milliards partent en fumée

Mises en circulation hier, les nouvelles coupures de 10 francs vont vite remplacer les anciennes, reprises et détruites par la Banque nationale. Une fortune jetée au feu.

par
Michel Pralong
1 / 5
Depuis hier, la BNS récupère les anciens billets de 10 francs

Depuis hier, la BNS récupère les anciens billets de 10 francs

Banque Nationale Suisse
Depuis hier, la BNS récupère les anciens billets de 10 francs

Depuis hier, la BNS récupère les anciens billets de 10 francs

Banque Nationale Suisse
La même machine trie les billets rappelés et les réduits en confettis.

La même machine trie les billets rappelés et les réduits en confettis.

Banque Nationale Suisse

Vous n’avez sans doute pas encore eu dans les mains l’un des nouveaux billets de 10 francs, sortis hier. Cela ne saurait tarder. Cinq mois après la mise en circulation de la coupure de 20 francs et un an et demi après celle de 50 francs, il devient de plus en plus rare de tomber sur les anciennes, voire de se souvenir à quoi elles ressemblaient. Les deux tiers d’entre elles ont déjà été retirées du marché par la Banque nationale suisse (BNS).

Détruits automatiquement

Mais qu’en fait-elle? Les stocke-t-elle au cas où, puisque, après tout, ces anciennes coupures restent un moyen de paiement légal jusqu’à nouvel avis? Les recycle-t-elle, pour peut-être récupérer le papier? Rien de tout cela. Ces billets sont détruits. Il n’y a d’ailleurs pas que les coupures supplantées par les nouvelles qui disparaissent: tout billet endommagé est éliminé. Des trieuses automatiques repèrent ceux qui sont altérés et les coupures rappelées de la huitième série. Elles les réduisent en confettis, qui sont ensuite compressés avant de finir dans les usines d’incinération.

En 2016, 172,3 millions de billets sont ainsi partis en fumée, soit 8,2 milliards de francs! 38% des coupures passées dans les machines ont été brûlées. Un chiffre plus élevé que d’habitude, en raison justement du rappel des anciennes coupures de 50 francs. Quelle proportion ces dernières représentaient-elles? La BNS ne veut pas donner de détail. Quant aux 62% de billets qui ont survécu à l’examen, ils ont été remis en circulation.

Ce sont les deux comptoirs de la BNS, à Berne et à Zurich, ainsi que 14 agences dans le pays gérées par des banques cantonales qui renvoient les billets à la Banque centrale, même les coupures qui ne sont pas rappelées. Il s’agit de vérifier leur état car les billets ont une durée de vie assez courte. Moins de 5 ans pour les coupures de 10 à 100 francs, un peu plus pour celles de 200 francs, et carrément 20 ans pour celles de 1000 francs. Ces dernières sont souvent utilisées comme réserves de valeur et circulent moins que les autres. Il est encore trop tôt pour juger de la résistance des billets de la neuvième série, mais leur nouveau matériau devrait leur promettre une existence plus longue.

Si la BNS brûle des milliards par an, ces sommes ne disparaissent pas pour autant du marché. En 2016 par exemple, elle a mis en circulation plus de billets qu’elle n’en a détruit, soit 180,7 millions représentant 12,4 milliards de francs. Prochaine coupure, celle de 200 francs, qui sera mise en circulation à l’automne 2018. Resteront celles de 1000 et 100 francs, avant fin 2019.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!