21.11.2014 à 17:29

EspagneDes milliers d'admirateurs disent adieu à la duchesse d'Albe

Des dizaines de milliers d'admirateurs ont rendu un dernier hommage, vendredi à Séville, à l'excentrique duchesse d'Albe.

1 / 4
Reconnaissable au nuage de cheveux blancs entourant son visage et à ses traits figés par la chirurgie esthétique, la duchesse était une habituée des magazines people. Ici, lors de la présentation de son autobiographie en 2011. (20 décembre 2011)

Reconnaissable au nuage de cheveux blancs entourant son visage et à ses traits figés par la chirurgie esthétique, la duchesse était une habituée des magazines people. Ici, lors de la présentation de son autobiographie en 2011. (20 décembre 2011)

AFP
La fantasque aristocrate espagnole accumulait plus de 40 titres de noblesse dont cinq de duchesse et 18 de marquise. Elle était deux fois veuve et trois fois mariée, et à la tête d'une grande fortune. Ici, elle est accompagnée d'Alfonso Diez juste après la cérémonie de leur mariage. (5 octobre 2011)

La fantasque aristocrate espagnole accumulait plus de 40 titres de noblesse dont cinq de duchesse et 18 de marquise. Elle était deux fois veuve et trois fois mariée, et à la tête d'une grande fortune. Ici, elle est accompagnée d'Alfonso Diez juste après la cérémonie de leur mariage. (5 octobre 2011)

AFP
La duchesse d'Albe, mère de six enfants, était très aimée par de nombreux Espagnols, y compris au sein des couches populaires, qui adoraient son anticonformisme. (5 octobre 2011)

La duchesse d'Albe, mère de six enfants, était très aimée par de nombreux Espagnols, y compris au sein des couches populaires, qui adoraient son anticonformisme. (5 octobre 2011)

AFP

Le décès jeudi 20 novembre de la 18e duchesse d'Albe, Maria del Rosario Cayetana Fitz-James Stuart, aristocrate la plus titrée au monde, à l'âge de 88 ans, dans son palais à Séville (sud), a déclenché une vague de messages de sympathie en Espagne.

Cette aristocrate, la plus titrée au monde, était «noble par héritage et très noble de coeur», selon le prélat qui a prononcé son éloge funèbre.

Vingt mille personnes

Signe de curiosité ou admiration pour cette habituée de la presse du coeur, le cortège funèbre a été applaudi sur son passage au centre de Séville où 20'000 personnes s'étaient massées.

Auparavant, plus de 70'000 personnes s'étaient succédées pour rendre un dernier hommage à «la Cayetana», comme elle était surnommée, dans la chapelle ardente dressée depuis jeudi dans la mairie.

A son arrivée à la cérémonie funèbre, le cercueil recouvert d'un drapeau espagnol et du blason parme du duché d'Albe, a été porté par ses petits-enfants jusqu'au choeur de la majestueuse cathédrale gothique de Séville, la plus grande du pays.

Double noblesse

«C'était une personne généreuse, au service des plus nécessiteux, noble par l'héritage et très noble de coeur», a souligné le cardinal Carlos Amigo Vallejo, archevêque de Séville, devant la famille, les proches et des milliers d'admirateurs massés à l'intérieur et à l'extérieur du monument datant du XV et XVIème siècle. «Elle était noble par héritage, mais noble, très noble de coeur», a-t-il ajouté.

Avant la cérémonie, les six enfants de l'aristocrate avaient salué Elena de Bourbon, soeur aînée du roi d'Espagne, venue représenter le souverain, le gouvernement étant représenté par le ministre de la défense Pedro Morenes.

Jeune mari bouleversé

Durant la messe, ils ont étreint le mari, en larmes, de la défunte, Alfonso Díez, de 25 ans son cadet, et dont le mariage en 2011 en troisièmes noces avait fait scandale, au point que la duchesse avait réparti son héritage de son vivant.

Le corps de l'aristocrate devait être incinéré au cimetière de San Fernando et une partie de ces cendres seront transférées à l'Eglise du Christ des Gitans à Séville.

Chanteuse dévote

Dévote du Christ des Gitans, pour qui elle chantait lorsque son image passait devant son palais durant les processions de la Semaine Sainte, la duchesse avait demandé que ses cendres reposent sous l'autel de son église. Le reste de ses cendres seront placées dans le panthéon familial dont dispose la Maison d'Albe dans le couvent de l'Immaculée conception de Loeches à Madrid.

Après son décès, son fils aîné, Carlos Martinez de Irujo, duc de Huescar, devient à son tour chef de la Maison d'Albe, fondée au 15ème siècle. Les titres de la duchesse seront répartis entre ses héritiers.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!