Publié

Offensive de l'EIILDes milliers de chrétiens d'Irak fuient leur ville

Face à l’offensive des djihadistes, environ 10'000 personnes ont fui la ville chrétienne de Qaraqosh au nord de l'Irak.

1 / 149
L'Iran a arrêté 27 personnes soupçonnées de préparer des attentats. (7 août 2017)

L'Iran a arrêté 27 personnes soupçonnées de préparer des attentats. (7 août 2017)

archive/photo d'illustration, AFP
La Royal Air Force bombarde une base de l'EI. Deux avions britanniques ont participé à un bombardement de la coalition lundi contre un ancien palais de Saddam Hussein, devenu l'un des quartiers généraux de Daech ainsi qu'un centre d'entraînement pour terroristes étrangers», explique le ministère britannique dans un communiqué. (3 août 2016)

La Royal Air Force bombarde une base de l'EI. Deux avions britanniques ont participé à un bombardement de la coalition lundi contre un ancien palais de Saddam Hussein, devenu l'un des quartiers généraux de Daech ainsi qu'un centre d'entraînement pour terroristes étrangers», explique le ministère britannique dans un communiqué. (3 août 2016)

DR/Twitter
Selon les renseignements kényans, une centaine de Kényans ont rejoint les rangs de l'EI en Libye et en Syrie.

Selon les renseignements kényans, une centaine de Kényans ont rejoint les rangs de l'EI en Libye et en Syrie.

DR/Photo d'illustration, AFP

Près de 10'000 personnes ont fui les bombardements autour de la ville chrétienne de Qaraqosh, dans le nord de l'Irak, ont indiqué des habitants et une agence de l'ONU vendredi. Une grande partie d'entre eux ont cherché refuge à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien.

«Environ 10'000 membres des communautés chrétiennes de Qaraqosh ont fui leurs maisons après que des obus de mortiers se sont abattus près de la ville plus tôt dans la semaine», selon un communiqué du Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), publié sur son site internet. Plusieurs habitants ont expliqué avoir fui après ces bombardements, dont on ignore l'origine.

Manque de ressources

Qaraqosh est située entre Mossoul, la deuxième ville d'Irak, tombée aux mains des insurgés le 10 juin, et Erbil. Pour l'heure, Erbil est relativement épargnée par l'offensive emmenée notamment par les djihadiste de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Selon le HCR, «ces arrivées vont augmenter la pression sur les ressources» du Kurdistan, notamment en ce qui concerne le logement et l'essence. Et les réfugiés n'ont pas de douche, pas de climatisation - l'été irakien est rude - et beaucoup s'inquiètent du manque de soins médicaux, souligne le HCR.

Milices chrétiennes

Les habitants de Qaraqosh sont principalement de confession catholique syriaque. La sécurité des églises et des biens de l'Eglise était assurée par des milices chrétiennes qui rendaient des comptes à la police.

Avant l'invasion américaine de 2003, plus d'un million de chrétiens vivaient en Irak, dont plus de 600'000 à Bagdad. Mais en raison des violences meurtrières qui ont secoué le pays depuis, ils ne sont aujourd'hui pas plus de 400'000 sur l'ensemble du territoire, selon le patriarche chaldéen.

(ats)

Votre opinion