Colombie: Des milliers de personnes marchent pour la paix

Publié

ColombieDes milliers de personnes marchent pour la paix

«Des accords maintenant!» scandaient les manifestants pendant cette «Marche des fleurs» à Bogota.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

Au cri de «Plus de guerre!» et fleurs blanches en main, des dizaines de milliers de personnes ont marché mercredi pour la paix en Colombie. Elles étaient plus de 50'000 à Bogota, aux côtés d'indigènes et de victimes du conflit armé.

«Des accords maintenant!» scandaient les manifestants pendant cette «Marche des fleurs». Ils réclamaient une issue à la crise suscitée par le rejet, lors du référendum du 2 octobre, du pacte de paix signé avec la guérilla marxiste des Farc.

Guerre fratricide

De chaque côté du cortège, qui s'est étiré sur plusieurs kilomètres jusqu'à la place Bolivar au cœur de la capitale, des milliers de bénévoles ont formé une haie d'honneur pour offrir des roses, des lys, des œillets blancs aux indigènes et aux victimes qui défilaient.

Parmi eux, une jeune femme frêle disparaissait presque derrière une gigantesque photo de son frère, Alex Ortega, disparu il y a six ans comme quelque 45'000 autres Colombiens au cours de cette guerre fratricide qui déchire le pays. Depuis les années 1960, le conflit a fait plus de 260'000 morts et 6,9 millions de déplacés.

Les étudiants de diverses universités de Bogota avaient rassemblé plus de 23'000 fleurs, données par des horticulteurs ou des particuliers. Des milliers d'autres étaient vendues dans la rue aux marcheurs quand ils n'arrivaient pas, comme beaucoup, déjà munis de leur bouquet blanc.

Indigènes invités d'honneur

Le scrutin du 2 octobre a été marqué par une abstention record de plus de 62% et le «non» l'a emporté, à la surprise générale, à 50,2%. En convoquant ce référendum, non obligatoire, le président Juan Manuel Santos entendait donner une plus large légitimité à l'accord de paix signé le 26 septembre avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), nées en 1964 d'une insurrection paysanne.

Avec les victimes du conflit, 6000 indigènes de la centaine d'ethnies que compte la Colombie étaient les invités d'honneur de cette marche organisée en cette «Journée de la race» par laquelle les Indiens d'Amérique latine marquent chaque 12 octobre, date anniversaire de la découverte du continent en 1492 par Christophe Colomb.

(ats)

Ton opinion