Brexit - Des milliers de retraités européens menacés d’expulsion
Actualisé

BrexitDes milliers de retraités européens menacés d’expulsion

Après le Brexit, très peu de retraités européens ont demandé le statut de résident au Royaume-Uni.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

Pixabay

Très peu de retraités européens vivant au Royaume-Uni ont déposé dans les temps une demande pour pouvoir y rester après le Brexit, faisant craindre que des milliers d’autres se retrouvent menacés d’expulsion, a relevé vendredi un rapport parlementaire. Après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, les ressortissants des pays membres de l’UE, mais habitant sur le territoire britannique, avaient jusqu’à fin juin pour déposer leur demande de résident, ce qu’on fait plus de 6 millions d’entre eux.

Mais selon un rapport parlementaire publié vendredi, seulement 2% de ces demandes ont été soumises par des personnes âgées de plus de 65 ans, un pourcentage loin de refléter la part des retraités européens vivant au Royaume-Uni. «Le fait que seulement 2% des demandeurs aient plus de 65 ans suggère que des personnes plus âgées ont pu être oubliées ou n’ont tout simplement pas pu déposer leur demande avant la date limite», a déclaré Charles Hay, président de la commission des affaires européennes au sein de la chambre des Lords, chargée de la rédaction du rapport.

Situation «particulièrement inquiétante»

La situation est «particulièrement inquiétante pour les ressortissants italiens qui ont émigré au Royaume-Uni après la Deuxième Guerre mondiale», est-il précisé dans ce texte. La demande du statut de résident devait être faite obligatoirement en ligne, une manœuvre désavantageant les seniors, souvent peu familiers des nouvelles technologies, avaient averti les associations. Celles-ci ont en effet rencontré «de nombreuses personnes qui n’ont pas de téléphone portable, pas d’accès numérique et des documents inappropriés ou inexistants», ajoute le rapport parlementaire.

Les associations aidant les seniors à faire leur demande militent depuis longtemps pour que l’approche exclusivement numérique soit abandonnée, demandant aussi à ce qu’un document papier physique prouve le statut de résident, ce qui n’est pour l’instant pas le cas. «Sans document physique, les citoyens de l’UE vivant ici peuvent avoir par exemple des difficultés à obtenir un bail», a souligné Charles Hay. Rappelant que le gouvernement britannique avait «salué la décision de l’UE de délivrer un document physique à tous les citoyens britanniques en Europe», le président de la commission des affaires européennes a sommé les ministres d’«expliquer cette contradiction».

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire