Mort d'un Noir à Baltimore: Des millions pour clore les poursuites au civil
Publié

Mort d'un Noir à BaltimoreDes millions pour clore les poursuites au civil

La famille du jeune homme mort après son arrestation en avril à Baltimore, va recevoir 6,4 millions de dollars des autorités de la ville.

1 / 18
Le lieutenant Brian Rice (à gauche) est l'un des six policiers à comparaître. Il a été acquitté. (Lundi 18 juillet 2016)

Le lieutenant Brian Rice (à gauche) est l'un des six policiers à comparaître. Il a été acquitté. (Lundi 18 juillet 2016)

AP Photo/Steve Ruark, Keystone
Caesar Goodson, qui conduisait le fourgon au moment de la mort de Freddie Gray, a été reconnu non-coupable. Il est le second policier acquitté dans cette affaire. (Jeudi 23 juin 2016)

Caesar Goodson, qui conduisait le fourgon au moment de la mort de Freddie Gray, a été reconnu non-coupable. Il est le second policier acquitté dans cette affaire. (Jeudi 23 juin 2016)

Keystone
L'un des six policiers de Baltimore a été acquitté des quatre chefs d'accusation qui pesaient sur lui (Lundi 23 mai 2016).

L'un des six policiers de Baltimore a été acquitté des quatre chefs d'accusation qui pesaient sur lui (Lundi 23 mai 2016).

Jim Lo Scalzo, Keystone

Les autorités de Baltimore vont verser 6,4 millions de dollars à la famille d'un jeune Noir mort après son arrestation par la police, un acte qui avait déclenché des émeutes dans cette ville portuaire de l'est des Etats-Unis. Le département des affaires juridiques de la ville va proposer mercredi au Board of Estimates, qui supervise le budget de Baltimore, de verser cette somme pour clore «toutes les poursuites au civil» lancées après la mort de Freddie Gray en avril, a indiqué ce département dans un communiqué publié par le conseiller municipal Eric Costello sur son compte Facebook, confirmant une information du «Washington Post».

Cet accord n'a «rien a voir avec les procédures pénales en cours» et «n'est pas une reconnaissance de la responsabilité de la ville, de la police de Baltimore ou de policiers qui ont eu affaire à Freddie Gray ce jour là», ajoute le communiqué.

Cet accord «ne doit pas être interprété comme un jugement de la culpabilité ou de l'innocence des policiers actuellement devant la justice» pénale, a renchéri la maire, Stephanie Rawlings-Blake dans un autre communiqué cité également par M. Costello.

«Cet accord est seulement proposé parce qu'il est dans le meilleur intérêt de la ville. Il évite de longs et coûteux frais de justice, à la suite desquels la ville aurait encore plus de mal à panser ses plaies et qui coûteraient potentiellement des millions de dollars de plus aux contribuables» de Baltimore, explique-t-elle.

Un tribunal pénal de Baltimore a rejeté mercredi dernier les recours présentés par six policiers poursuivis pour la mort de Freddie Gray. Ce jeune Noir avait été victime le 12 avril d'une grave blessure aux vertèbres cervicales, lors de son transport, pieds et mains liés et à plat ventre, dans un fourgon de police à Baltimore. Il est décédé une semaine après son interpellation musclée.

Cette arrestation avait été qualifiée «d'homicide» par la procureure de l'Etat du Maryland et la mort du jeune homme avait déclenché à Baltimore une vague de manifestations, parfois violentes, dénonçant le racisme et les brutalités policières.

La mort de Freddie Gray est venue s'ajouter à plusieurs cas similaires de brutalités policières ayant coûté la vie à un Noir non armé depuis l'été 2014.

(AFP)

Votre opinion