Berne: Des nomades occupent une aire sous des yeux réprobateurs

Actualisé

BerneDes nomades occupent une aire sous des yeux réprobateurs

N'ayant pu s'installer dans une zone d'activité régionale entre Delémont et Courrendlin, les gens du voyage se sont posés sur une aire d'autoroute à Reconvilier. Reportage.

1 / 9
Un accès était ouvert, un autre a été forcé.

Un accès était ouvert, un autre a été forcé.

V.Dé
L'office des ponts et chaussées a effectué sa ronde.

L'office des ponts et chaussées a effectué sa ronde.

V.Dé
L'aire de repos est appréciée pour sa plantation d'arbres.

L'aire de repos est appréciée pour sa plantation d'arbres.

V.Dé

Une aire de repos entièrement occupée par des nomades à Reconvilier (BE), c'est le problème posé depuis samedi à l'Office fédéral des routes (Ofrou) par des gens du voyage majoritairement français.

Avant de se s'installer sans autorisation aux abords de l'autoroute A16, les nomades avaient été chassés du canton du Jura, alors qu'ils cherchaient à s'installer dans une Zone d'activité régionale entre Delémont et Courrendlin.

Jour de lessive

Mercredi matin, c'était jour de lessive sur l'aire d'autoroute de Reconvilier. Deux gitanes devant une machine à laver nous renvoient vers un homme à la forte carrure assis sous un haut-vent. Le dialogue avec le responsable s'interrompt avant d'avoir commencé:«Laissez-moi tranquille! Partez!», lâche-t-il.

Des riverains aux yeux réprobateurs sont plus volubiles, ils parlent notamment de déchets et de déprédations: «Déjà une fois, ils ont tout désinfecté», glisse une villageoise à sa voisine de table, au restaurant du Midi. Sur l'aire de repos, pourtant on pousse la porte des WC et les immondices tant craints par les usagers n'y sont pas.

Trois villas

«Je paie une taxe pour mon chien, et eux, pour leur séjour?», s'emporte une promeneuse. Cette dame fait pourtant la part des choses: «Pourquoi n'a-t-on rien aménagé à leur intention quand on a construit l'autoroute?».

La maîtresse du chien Dick prend même la défense des nomades: «Mon chien a failli marcher sur les bris de verre d'une bouteille de bière, mais je n'accuse personne: la bouteille peut avoir été brisée par un mécontent qui veut faire porter le chapeau aux indésirables».

Le maire renvoie vers l'Ofrou

Repousser les caravanes plus loin, ce n'est pas l'affaire des autorités locales, mais de l'Office fédéral des routes, en collaboration avec la police cantonale bernoise. «Nous sommes surpris par le nombre de caravanes, mais c'est l'affaire des instances supérieures», souffle le maire Daniel Buchser.

Mercredi matin, un véhicule de l'Office des ponts et chaussées du canton de Berne indiquait la présence d'un employé chargé de l'entretien des routes nationales. «C'est la seule aire de repos entre Glovelier (JU) et Pieterlen (BE)», précisait cet employé désarmé.

Espace paysager

L'aire de repos de Reconvilier n'est pas seulement appréciée des usagers de l'autoroute: les villageois utilisent sa place de jeux et son «Arboretum», un espace paysager contenant des arbres de diverses essences.

Au restaurant du Midi, le tenancier voit deux poids, deux mesures: «Quand on voulait faire de cette aire de repos un parking pour la foire agricole de Chaindon, l'Ofrou a refusé», regrette-t-il.

Les gens de voyage reçoivent cependant aussi du soutien: la Société suisse pour les peuples menacés a jugé l'attitude des autorités dans le canton du Jura «extrêmement problématique».

À Reconvilier, un restaurateur voit les choses autrement: «Les Jurassiens sont plus malins, les Bernois sont trop gentils».

Vincent Donzé

Ton opinion