Actualisé 09.01.2019 à 06:43

Des nuées de pinsons observées dans le ciel jurassien

Jura

Du côté de Vendlincourt, le biologiste Paul Monnerat a immortalisé un superbe spectacle. «L'élément déclencheur, c'est la neige», indique-t-il.

par
Vincent Donzé
1 / 6
Paul Monnerat
Paul Monnerat
Paul Monnerat

La photographie naturaliste, c'est le dada du biologiste jurassien Paul Monnerat, enseignant au Lycée cantonal de Porrentruy (JU). Son portfolio comprend du gibier, une éclipse, des champignons et tout en haut de la liste, les pinsons du Nord qui ont établi pendant deux semaines leur dortoir entre Vendlincourt (JU) et Courtavon (F).

Fontenais en 2003, Bassecourt en 2015, Vendlincourt en 2018 avec une population estimée à deux millions d'individus: le ballet des pinsons est une habitude hivernale, mais sa magie opère à chaque halte.

Cou orangé

Le migrateur au cou orangé apprécie l'Ajoie pour ses faines tombés des hêtres. Leur dortoir, les oiseaux l'ont établi dans des sapins pour s'y camoufler. De leur forêt clairsemée, jusqu'à lundi, ils sont partis le matin pour revenir le soir, ravitaillés.

Paul Monnerat a raconté sa découverte à «Arcinfo»: «Leurs déjections venues d’ailleurs enrichissent le sol en engrais naturel. Ce qui favorise la pousse de certains minuscules champignons, et même des changements de l’écosystème».

Contre l'adversité

Des nuées de pinsons sont passées au-dessus de la maison de Paul Monnerat pour former des volutes et faire bloc contre l'adversité: «Éperviers, buses ou faucons, les rapaces sont des prédateurs», indique le biologiste.

La neige tombée samedi dernier ne les a pas fait fuir, le sol des forêts ayant été épargné. Mais face à un nouveau front hivernal, ces migrateurs lorgneront vers le Sud, jusque dans le Midi de la France. «Ils bougent selon la météo», résume Paul Monnerat, en précisant que «l'élément déclencheur, c'est la neige».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!