Publié

Grève de la faimDes parlementaires veulent faire soigner Timochenko en Suisse

Dans une lettre adressée au Conseil fédéral, le groupe parlementaire Suisse-Ukraine demande de proposer aux autorités de Kiev de faire venir et soigner l'opposante Ioulia Timochenko.

La demande des parlementaires helvétiques n'est pas un soutien politique à l'ancienne premier ministre d'Ukraine, Ioulia Timochenko (en grève de la faim en prison dans son pays) c'est plutôt une démarche humanitaire.

La demande des parlementaires helvétiques n'est pas un soutien politique à l'ancienne premier ministre d'Ukraine, Ioulia Timochenko (en grève de la faim en prison dans son pays) c'est plutôt une démarche humanitaire.

Le groupe parlementaire Suisse-Ukraine souhaite faire venir et soigner l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko - en grève de la faim en prison dans son pays - en Suisse.

Dans une lettre adressée au Conseil fédéral, il demande de faire cette proposition aux autorités de Kiev.

«Nous n'avons toujours pas reçu de réponse officielle du Conseil fédéral», a indiqué jeudi à l'ats la conseillère nationale Christa Markwalder (PLR/BE), co-présidente du groupe Suisse-Ukraine. Mais la présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf a répondu favorablement à la demande dans une conversation.

La demande des parlementaires helvétiques n'est pas un soutien politique à l'ancienne premier ministre d'Ukraine, c'est plutôt une démarche humanitaire, tient à préciser Mme Markwalder. Emprisonnée depuis août 2011, Mme Timochenko souffre de problèmes à la colonne vertébrale. Elle a entamé le 20 avril une grève de la faim pour protester contre des violences qu'elle affirme avoir subies en prison.

Berlin aussi a offert de soigner la responsable ukrainienne en Allemagne. La chancelière Angela Merkel a en outre affirmé qu'elle décidera au dernier moment si elle se rendra en Ukraine pour assister à des matches de l'Euro-2012 de football. Plusieurs responsables européens veulent d'ailleurs boycotter la compétition.

De son côté, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) se dit préoccupé par la situation de l'opposante ukrainienne. Un message a été transmis à des représentants officiels du gouvernement de Kiev, indique le DFAE, interrogé par l'ats. Le groupe parlementaire ne pense pas que le boycott de l'Euro-2012 de football soit pertinent. Il vaut mieux trouver une solution constructive, dit-il.

(ats)

Votre opinion