20.08.2017 à 12:55

FranceDes passagers de train bloqués par le feu

Les incendies qui sévissent dans le sud de l'Hexagone ont perturbé les transports ferroviaires durant le week-end.

1 / 109
Keystone
Le gouvernement portugais, mis en cause pour son incapacité à lutter contre des feux de forêt qui ont fait une centaine de morts, a survécu à une motion de défiance débattue au Parlement. (mardi 24 octobre 2017)

Le gouvernement portugais, mis en cause pour son incapacité à lutter contre des feux de forêt qui ont fait une centaine de morts, a survécu à une motion de défiance débattue au Parlement. (mardi 24 octobre 2017)

Keystone
Le bilan des feux de forêts qui ont ravagé le Portugal, en octobre, s'est alourdi. On compte désormais 45 morts. (Mardi 24 octobre 2017)

Le bilan des feux de forêts qui ont ravagé le Portugal, en octobre, s'est alourdi. On compte désormais 45 morts. (Mardi 24 octobre 2017)

AFP

Plus de 3000 personnes ont passé une nuit de «grand bazar» entre samedi et dimanche dans plusieurs gares du sud-est de la France, en raison d'un incendie qui a bloqué la circulation des trains dans cette région très touristique.

«J'ai reçu un SMS à 5h00 du matin pour me dire que mon TGV était annulé. J'ai décidé d'aller à la gare de Toulon. C'était un grand bazar (...) beaucoup de monde partout. Un pauvre homme de la SNCF entouré par des dizaines de passagers sans informations», raconte à l'AFP Yohann Delamarre, 26 ans, en vacances dans la région et qui devait partir dimanche matin pour Paris.

En fin de matinée dimanche, l'entreprise publique française de transport ferroviaire SNCF a annoncé une reprise du trafic, indiquant sur Twitter que «les pompiers nous autorisent à une reprise progressive des circulations». Environ 1300 personnes étaient toujours bloquées en gare de Marseille, 1700 à Toulon, et 370 à Nice à bord d'un TGV.

En ce week-end synonyme de retour de vacances pour beaucoup, l'incendie qui s'était déclaré près d'Aubagne, à quelques kilomètres de Marseille, a conduit à couper la ligne SNCF Paris-Nice dans les deux sens.

Retour à la case départ

La nuit a été courte pour beaucoup de passagers bloqués, comme Diane Emdin, 44 ans: elle a passé la nuit avec 360 autres passagers dans un Nice-Marseille qui a dû rebrousser chemin à Cannes en raison du départ du feu.

«Retour à Nice vers 1h30 du mat'. Nous avions le choix entre le taxi, dormir dans le train couchettes ou dans un gymnase de la ville», précise-t-elle, soulignant «la gentillesse du personnel de la SNCF et de la protection civile».

La SNCF a «mis à disposition des rames de repos pour dormir, des repas, des boissons, avec le renfort de la Croix rouge et de la Protection civile», selon un porte-parole de la direction régionale de la compagnie ferroviaire.

«La bonne nouvelle est que nos installations n'ont pas souffert. Le feu a traversé les voies donc nous avions peur que les câbles aient fondu ou autres - ce n'est pas le cas», a ajouté ce porte-parole.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!