Suisse – France  - Des patrouilles mixtes à Porrentruy
Publié

Suisse – France Des patrouilles mixtes à Porrentruy

Vendredi, une collaboration transfrontalière pour la sécurité s’est tenue à Porrentruy (JU), notamment aux abords de la piscine, bassin d’agitateurs en 2020.

Vendredi, plusieurs dizaines d’automobilistes sont passées sur les lieux des contrôles.

Vendredi, plusieurs dizaines d’automobilistes sont passées sur les lieux des contrôles.

Police cantonale jurassienne

La gendarmerie nationale française, la police cantonale jurassienne et la police municipale de Porrentruy ont uni leurs forces vendredi 9 juillet à Porrentruy, dans le canton du Jura. L’objectif était de sécuriser des lieux publics en joignant les connaissances de chaque entité pour permettre des contrôles ciblés et rapides. Une attention particulière était portée sur de potentiels perturbateurs qui pouvaient viser la piscine de Porrentruy, comme ce fut le cas en 2020.

Le véhicule de la gendarmerie nationale française (à droite) à côté de ceux de la police cantonale jurassienne (au centre) et de la police municipale de Porrentruy (à gauche).

Le véhicule de la gendarmerie nationale française (à droite) à côté de ceux de la police cantonale jurassienne (au centre) et de la police municipale de Porrentruy (à gauche).

Police cantonale jurassienne

Certains perturbateurs pouvant venir de France voisine, une mesure préventive a été mise en œuvre pour contrôler et dissuader les agitateurs avant leur arrivée à la piscine. Sur la base de l’accord de Paris qui permet une telle collaboration entre les forces sécuritaires suisses et françaises chez leur voisin, des policiers et gendarmes du Jura, de France et de Porrentruy se sont alliés à Porrentruy, vendredi en fin de journée. Des contrôles de personnes ont été effectués dans les environs immédiats de la piscine mais également sur un des axes d’entrée de Porrentruy depuis la France.

Les contrôles portaient notamment sur la détention d’objets dangereux mais également sur les produits stupéfiants. Les personnes interdites de territoire ou signalées comme recherchées étaient également visées. L’accès rapide aux antécédents judiciaires des personnes par les bases de données de chaque État permet de connaître rapidement et avec précision le profil de la personne contrôlée. Lors de l’action de vendredi, plusieurs dizaines d’automobilistes sont passées sur les lieux des contrôles et une dizaine de personnes ont fait l’objet de vérifications approfondies. Il n’a pas été nécessaire d’infliger des sanctions.

De telles collaborations, appelées «patrouilles mixtes», ont déjà été organisées à plusieurs reprises par
le passé, en lien avec des problèmes de cambriolages, trafics de produits stupéfiants, signalements de
personnes ou de circulation. Cette collaboration transfrontalière va être remise en œuvre régulièrement.

(comm/pmi)

Votre opinion

8 commentaires