Publié

MonnaieDes pièces de 5 francs trop épaisses pour entrer dans les caisses

Un genre d'anomalie très rare a été constaté. Certaines pièces de 5 francs fabriquées en 2012 étaient légèrement plus épaisses et n'entraient plus dans les caisses compte-monnaie.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Les vendeurs ont très vite relevé l'anomalie: des pièces de 5 francs émises en 2012 étaient légèrement plus épaisses et n'entraient plus dans les caisses compte-monnaie. Swissmint a pris des mesures mais souligne qu'il ne s'agit pas d'un défaut à proprement parler.

«Certaines pièces fabriquées en 2012 ont effectivement un listel, soit le rebord de la pièce, très légèrement plus épais que la norme; mais cette différence est comprise dans la marge de tolérance admise», explique Hanspeter Koch, de l'unité numismatique de Swissmint, l'unité chargée de fabriquer la monnaie du pays. Il confirmait un article du «Temps» publié jeudi.

«Cette particularité nous a été signalée assez tôt en 2012 et nous avons réagi en changeant les coins de frappe», a-t-il poursuivi. Le responsable n'est cependant pas en mesure de préciser combien de lots sont concernés, mais selon lui, cela devrait être un nombre de pièces assez restreint.

Ce genre d'anomalie arrive très rarement. «Le plus souvent, nous avons affaire à des fissures, très difficiles à repérer lors des contrôles du fait que cette usure liée aux coins de frappe survient très lentement», explique le numismate. Pour lui, les pièces de 5 francs concernées ne devraient pas trop intéresser les collectionneurs, du fait que la différence d'épaisseur est impossible à voir à l'oeil nu.

Très rare pour la Suisse

Une hypothèse que confirme Frank Baldacci, numismate chez Numismatica Genevensis SA, pour qui ce micro-défaut, une fois relayé par la presse, ne devrait réveiller qu'un bref enthousiasme chez les collectionneurs. «Mais il est clair que pour la Suisse qui contrôle de façon très serrée ses monnaies», ce type d'événement est relevé par le milieu.

On est cependant à des années lumière de séries très recherchées comme les pièces de 5 francs frappées en 1991 et 1993. Après des bruits de grosse fabrication de fausse monnaie, la Confédération avait renoncé à mettre en circulation ses pièces de 5 francs et avait limité le tirage ces deux années à 36'000 et 22'000 unités, exclusivement pour des séries de collection. A titre de comparaison, elle en tirait 5 millions en 1992 et 12 millions en 1994.

(ats)

Votre opinion