Publié

JusticeDes prisonniers dangereux pourraient être relâchés

Condamnés à partir de 2007, ils doivent être rejugés.

par
Le Matin Dimanche

Des centaines de prisonniers dangereux, huit cents environ, condamnés entre 2007 et aujourd'hui à un «article 59» vont repasser devant le juge d'ici à 2018. Destiné aux crimes violents et/ou sexuels, cet article récent implique le suivi d'une thérapie en prison et une réévaluation au bout de 5 ans de traitement. Un juge décide après ce laps de temps d'un internement à vie, d'une nouvelle période de 5 ans de soins en prison, ou d'une libération.

Paradoxalement, les détenus qui refusent de collaborer aux traitements sont concernés par cette dernière option. Juge cantonale lucernoise, Marianne Herr estime que «les critères sur lesquels on se base pour établir les chances de réussites d'un traitement ne sont ni clairs, ni transparents» et que la pression exercée sur les juges est énorme.

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Votre opinion