Avion abattu: Des proches des victimes du MH17 exigent des images radars

Publié

Avion abattuDes proches des victimes du MH17 exigent des images radars

Des proches des victimes néerlandaises du vol MH17, abattu en 2014 dans l'est de l'Ukraine en guerre veulent obtenir des images de radars potentiellement utiles à l'enquête pénale.

1 / 132
Un suspect ukrainien dans l'explosion du vol MH17 est retourné en Ukraine. Les Pays-Bas ont immédiatement demandé à la Russie l'extradition de cet homme soupçonné par les enquêteurs néerlandais d'avoir été impliqué dans le crash de l'avion. (2 décembre 2019)

Un suspect ukrainien dans l'explosion du vol MH17 est retourné en Ukraine. Les Pays-Bas ont immédiatement demandé à la Russie l'extradition de cet homme soupçonné par les enquêteurs néerlandais d'avoir été impliqué dans le crash de l'avion. (2 décembre 2019)

archive/photo d'illustration, AFP
Les dirigeants des 28 ont joint leurs voix jeudi à la pression internationale sur la Russie en l'exhortant à «coopérer pleinement» à l'enquête sur le crash du MH17. (Jeudi 21 juin 2019)

Les dirigeants des 28 ont joint leurs voix jeudi à la pression internationale sur la Russie en l'exhortant à «coopérer pleinement» à l'enquête sur le crash du MH17. (Jeudi 21 juin 2019)

AFP
L'équipe internationale d'investigation conjointe (Joint Investigation Team, JIT), conduite par les Pays-Bas et composée d'enquêteurs d'Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d'Ukraine, a dévoilé les «derniers développements de l'enquête» sur le crash. (Mercredi 19 juin 2019)

L'équipe internationale d'investigation conjointe (Joint Investigation Team, JIT), conduite par les Pays-Bas et composée d'enquêteurs d'Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d'Ukraine, a dévoilé les «derniers développements de l'enquête» sur le crash. (Mercredi 19 juin 2019)

Deux tiers des 298 personnes tuées à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur le 14 juillet 2014 étaient néerlandaises.

Une enquête internationale sur les causes du crash, coordonnée par le Bureau néerlandais d'enquête pour la sécurité (OVV), avait affirmé en octobre que l'avion avait été abattu par un missile sol-air de type BUK de fabrication russe depuis une zone tenue par les séparatistes prorusses.

Parallèlement, une enquête pénale menée par les Pays-Bas est en cours pour identifier les responsables du crash, mais de nombreux experts doutent que les auteurs seront un jour arrêtés et poursuivis.

Dans une lettre au premier ministre Mark Rutte, datée de mardi et publiée mercredi dans les médias néerlandais, dix huit familles s'étonnent qu'aucune image de radar primaire, ukrainienne ou russe n'ait été fournie aux divers enquêteurs.

Explications «peu crédibles»

«Nous ne pouvons pas accepter que l'on refuse de fournir des informations cruciales» alors que les règles de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) les y obligent, tancent les familles dans la lettre.

Elles demandent dès lors à Mark Rutte de soulever la question des images de radar «dans la cadre de l'ONU ou de l'OACI» afin de les obtenir.

Le Bureau néerlandais d'enquête (OVV) pour la sécurité avait affirmé en octobre ne pas avoir reçu d'images de radar primaire de la part de Kiev et de Moscou, tout en jugeant «très improbable» que le radar primaire puisse avoir détecté le missile.

Mais les familles mettent en exergue le fait que l'OVV n'a pas totalement exclu cette possibilité.

Le radar «primaire» n'a pas besoin qu'un transpondeur soit installé sur l'objet pour le détecter, selon des documents de l'OACI.

Les auteurs de la lettre qualifient de «peu crédibles» les explications de l'Ukraine, qui affirme que son radar pour l'aviation civile était éteint lors de la catastrophe et de «bizarres» celles de la Russie, qui dit ne pas avoir conservé les images car elles concernent une zone ne se trouvant pas en territoire russe.

Avion abattu par qui?

Les familles ne comprennent pas non plus pourquoi les Etats-Unis n'ont pas fourni d'images alors qu'ils ont affirmé disposer de clichés montrant selon eux d'où a été tiré le missile.

Kiev et les Etats-Unis affirment que l'avion a été abattu par des séparatistes prorusses soutenus par Moscou. Le Kremlin nie en bloc et accuse les forces ukrainiennes.

(AFP)

Ton opinion