Publié

Guerre en SyrieDes raids du régime font 85 morts à Alep

Au moins 85 personnes, dont 65 civils, sont mortes samedi à Alep lors de raids attribués à l'armée loyaliste.

1 / 134
Pas moins de trois millions de Syriens ont fui leur pays en raison de la guerre civile. (28 octobre 2014)

Pas moins de trois millions de Syriens ont fui leur pays en raison de la guerre civile. (28 octobre 2014)

Keystone
Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

AFP
Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

AFP

Au moins 85 personnes, dont 65 civils, ont trouvé la mort samedi à Alep, principale ville du nord de la Syrie, a affirmé dimanche une ONG. Des barils d'explosifs ont été lancés par des hélicoptères de l'armée loyaliste, selon l'organisation.

«Au moins 85 personnes ont été tuées parmi lesquelles 65 civils dont 13 enfants, dix jihadistes du Front al-Nosra et dix inconnus par des barils explosifs lancés sur des quartiers dans l'est d'Alep», a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), dont les informations ne peuvent pas être vérifiées de manière indépendante.

Selon l'OSDH, 34 personnes ont péri, dont six enfants et deux femmes à Tariq al-Bab et il ya eu 22 morts, dont cinq femmes et six enfants, à Salhine, Ansari et Marjé. Neuf autres personnes sont mortes dans d'autres quartiers ainsi que dix combattants d'Al-Nosra, branche officielle d'Al-Qaïda en Syrie, ont été tués dans le siège à Chaar. En outre, dix corps n'ont pas pu être identifiés.

Parallèlement, l'armée a lancé une offensive pour pénétrer dans les quartiers rebelles de l'est de la ville et le ministre syrien de la Défense, le général Fahd Jassem al-Freij, s'est rendu vendredi sur place, selon l'agence officielle Sana.

Démenti américain

Sur le front diplomatique, le département d'Etat américain a démenti dimanche avoir proposé à la délégation syrienne à la conférence de paix en Suisse des discussions directes, comme l'a affirmé le chef de la diplomatie syrienne.

Les Etats-Unis ont proposé aux Syriens des contacts «au niveau des collaborateurs» sous l'égide conjointe du représentant spécial Lakhdar Brahimi et des Nations unies «parce que nous nous efforçons à mettre fin aux souffrances du peuple syrien, comme nous le faisons depuis le début du conflit», à déclaré le porte-parole du département d'Etat, Mme Jennifer Psaki.

«A aucun moment les Etats-Unis ont proposé de négocier directement avec le régime syrien», a-t-elle dit, excluant totalement tout excuse du secrétaire d'Etat John Kerry pour «avoir dit la vérité au sujet de la brutalité du régime Assad envers son peuple».

Le chef de la diplomatie syrienne a affirmé samedi que sa délégation à la conférence de paix à Genève avait rejeté une demande américaine de discussions directes, exigeant auparavant des excuses de son homologue John Kerry pour des propos tenus à Montreux (VD). Le secrétaire d'Etat américain avait déclaré que le président Bachar al-Assad ne ferait pas partie d'un gouvernement de transition.

(AFP)

Votre opinion