Publié

Guerre en UkraineDes mercenaires syriens pour soutenir l’armée russe dans les combats urbains

En engageant des soldats de pays alliés, Moscou compte étoffer ses forces en Ukraine pour s’emparer des villes.

Les combats urbains offrent un net avantage au défenseur.

Les combats urbains offrent un net avantage au défenseur.

AFP

Près de trois semaines après le début de l’invasion russe en Ukraine, la totalité des 150’000 soldats que Moscou avait auparavant massés aux frontières sont désormais déployés dans le pays. Selon l’état-major français, «les Russes n’ont plus de réserves dans la zone». Or, «sans renfort matériel et humain massif, la Russie ne capturera pas l’Ukraine», après avoir «raté son entrée en guerre», en échouant à remporter rapidement des victoires décisives et en se heurtant à une résistance ukrainienne plus solide qu’escompté, fait valoir Mathieu Boulègue, spécialiste de la Russie, au centre de réflexion britannique Chatham House.

Dans ce contexte, la Russie a affirmé, vendredi, que 16’000 volontaires syriens étaient prêts à rejoindre le front ukrainien, un scénario approuvé par le président Vladimir Poutine, qui a apporté un soutien militaire considérable au régime syrien, depuis l’automne 2015, sauvant de facto le pouvoir de Bachar el-Assad. Si ces renforts étrangers se concrétisaient sur le terrain, ils permettraient en outre à Moscou de rompre son isolement sur la scène diplomatique.

Campagne de recrutement

La Russie embauche des «assassins syriens» pour «détruire» l’Ukraine, a dénoncé le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Ce n’est pas la première fois que des miliciens syriens sont mobilisés sur des théâtres étrangers: des Syriens ont été déployés par la Russie et la Turquie en Libye, et par la Turquie dans la région du Haut-Karabakh.

Selon des témoignages de volontaires syriens recueillis sous couvert d’anonymat par l’ONG Syrians for truth and justice, Moscou a demandé aux services syriens d’engager une campagne de recrutement dans les provinces sous contrôle du régime, auprès d’hommes ayant une expérience du combat urbain.

Combats brutaux

L’armée russe «n’exclut pas la possibilité de prendre le contrôle total des grandes villes qui sont déjà encerclées», a prévenu, lundi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, alors que plusieurs villes ukrainiennes subissent des bombardements russes intensifs, pendant que les combats font rage aux abords de la capitale Kiev, que les troupes russes cherchent à encercler.

Or, la prise d’une ville est généralement sanglante, destructrice et les combats à très courte distance, au milieu d’un champ de ruines, d’une grande brutalité. En 2016, la ville syrienne d’Alep, aux mains des rebelles, avait été le théâtre d’une offensive et d’un siège impitoyables par l’armée syrienne, aidée de l’aviation russe.

«Vladimir Poutine a besoin d’effectifs, plus que ce qu’il pensait. Et besoin de forces irrégulières, puisque cette guerre devient insurrectionnelle.»

Une source sécuritaire occidentale

Pour qu’un rapport de force soit favorable en milieu urbain, il doit être d’environ dix à un, selon une source militaire française, car l’avantage y est toujours au défenseur qui, disposant d’une meilleure connaissance du terrain, peut rapidement se déplacer d’un point à un autre et jouit du contrôle des points hauts, comme les immeubles.

Vladimir Poutine «a besoin d’effectifs, plus que ce qu’il pensait. Et besoin de forces irrégulières, puisque cette guerre devient insurrectionnelle», avec une armée et une population ukrainiennes très mobilisées face à l’agresseur russe, commente une source sécuritaire occidentale.

L’appui net de Ramzan Kadyrov

(AFP)

Ton opinion

5 commentaires