Actualisé 31.01.2019 à 17:01

Des requins menacés servis dans les «fish and chips»

Royaume-Uni

Selon une récente étude, les Britanniques consomment à leur insu des requins en voie d'extinction lorsqu'ils se rendent dans les friteries locales.

par
J.Z.
1 / 4
L'aiguillat commun ou aiguillat tacheté.

L'aiguillat commun ou aiguillat tacheté.

NOAA/Wikimedia Commons
Le requin-marteau halicorne (Sphyrna lewini)

Le requin-marteau halicorne (Sphyrna lewini)

iStock
Le requin mako ou requin-taupe bleu (Isurus oxyrinchus)

Le requin mako ou requin-taupe bleu (Isurus oxyrinchus)

Patrick Doll/Wikimedia Commons

«Il est presque impossible pour les consommateurs de savoir ce qu'ils achètent», déclare Catherine Hobbs, chercheuse à l'Université d'Exeter.

Avec son équipe, cette dernière s'est intéressée aux espèces de requins vendues pour la consommation dans les magasins de «fish and chips» britanniques. Et les résultats de l'étude sont des plus alarmants, puisqu'on y retrouverait un grand nombre d'espèces en voie de disparition.

Les scientifiques ont par exemple découvert que 90% des requins vendus dans les friteries locales sont des aiguillats communs, un poisson de petite taille surnommé «dogfish» (ndlr: chien de mer) pour son habitude à se déplacer et à chasser en groupe. Une espèce certes très répandue dans les points de vente mais qui n'est pas moins en danger d'extinction «critique» dans l'Atlantique Nord-Est. Bien qu'autorisé dans l'UE depuis 2011, son commerce fait d'ailleurs l'objet de strictes restrictions à l'international.

En examinant les produits d'un grossiste asiatique, les chercheurs ont également déterminé que 40% des ailerons de requin distribués aux restaurants et aux supermarchés proviennent du requin-marteau halicorne, lui aussi en voie de disparition. «La découverte d'échantillons de requins-marteaux montre à quel point la vente d'espèces en déclin est répandue», indique le chercheur Andrew Griffiths.

Parmi les autres espèces menacées que l'on peut retrouver dans les poissonneries et friteries britanniques, figurent également le requin mako ou encore le requin bleu. «Les gens pourraient penser qu'ils achètent un produit issu de sources durables lorsqu'ils font des courses, alors qu'il s'agit en réalité d'une espèce menacée», déplore la scientifique Catherine Hobbs.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!