13.03.2012 à 09:32

ControverseDes SDF se transforment en bornes WiFi

Une agence de communication a équipé des sans-abri texans d'émetteurs wi-fi, leur permettant au passage de gagner un peu d'argent. La pratique est fortement critiquée.

Les sans-abri WiFi sont identifiables grâce à leur t-shirt et localisables sur Google Maps.

Les sans-abri WiFi sont identifiables grâce à leur t-shirt et localisables sur Google Maps.

YouTube

Dans les rues d’Austin (Texas), l’agence Bartle Bogle Hegarty (BBH) a doté treize SDF volontaires d’émetteurs de réseau internet 4G. Un sitepermet de localiser ces hotspots en temps réel sur Google Maps.

Le citadin en manque de bande passante, peut demander à ces sans-abri identifiables grâce à leur t-shirt, une connexion d’excellente qualité pour son ordinateur, sa tablette ou son téléphone. Le service est gratuit, mais les dons sont acceptés. L’ensemble des profits est reversé au SDF-antenne.

BBH a expliqué vouloir moderniser le concept du SDF vendeur de journaux rédigés par des sans-abri.

«Combien de fois voit-on quelqu’un acheter un journal, pour finalement le laisser au sans-abri? [...] Pourtant le modèle n’est pas cassé en soi. C’est seulement le produit qui est archaïque», indique l’agence sur son site internet. Elle lance ce projet à l'occasion d'un festival mêlant musique, cinéma et technologies à Austin (Texas), appelé South by Southwest (SXSW), qui s'est ouvert samedi et se tient jusqu'au 18 mars.

Mauvais goût

Des internautes ont trouvé l’initiative de mauvais goût. «Ce n’est pas en soi une bonne idée d’utiliser des personnes défavorisées, marginalisées dans la société, pour rendre plus pratique l’accès de personnes majoritairement blanches, forcément plus riches, à leurs comptes sur les réseaux sociaux », a réagi sur le blog de BBH un internaute appelé John. «Vous transformez les SDF en équipement», s’indigne un autre internaute.

«C’est un exemple de la façon dont le capitalisme exploite n’importe quelle ressource en vue d’un avantage concurrentiel», déplorait un troisième. Le directeur de l’innovation de BBH, Saneel Radia, s’est défendu en se réjouissant que l’initiative ait fait parler de la situation des sans-abri. Il a concédé que l’idée aurait pu aller plus loin, en envoyant les internautes vers un site conçu par les SDF.

«Hélas, nous n’avons pas pu nous permettre de créer une page d’accueil personnalisée, parce que la connexion se faisait par un appareil que nous n’avons pas fabriqué», a-t-il dit.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!