Pandémie: Des thromboses font surseoir à l’utilisation d’AstraZeneca
Publié

PandémieDes thromboses font surseoir à l’utilisation d’AstraZeneca

La formation de caillots sanguins, possiblement liée à la vaccination de la dose anglo-suédoise, dicte à plusieurs pays européens la prudence. Ils suspendent leur vaccination.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP

Dix cas d’effets secondaires potentiellement liés au vaccin AstraZeneca contre le coronavirus, dans lesquels la formation de caillots sanguins a pu jouer un rôle, ont été signalés aux Pays-Bas, sans lien avéré à ce stade, a déclaré lundi un centre néerlandais de surveillance des médicaments.

Le ministère néerlandais de la Santé a annoncé dimanche suspendre pour deux semaines l’utilisation du vaccin développé par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca et l’université d’Oxford, après le signalement de cas de caillots sanguins notamment au Danemark et en Norvège.

Le centre Lareb, qui est chargé d’identifier les risques liés à l’utilisation des médicaments aux Pays-Bas, a indiqué lundi avoir «reçu dix signalements sur le vaccin AstraZeneca, dans lesquels la thrombose ou l’embolie peuvent avoir joué un rôle».

Aucun cas de diminution du nombre de plaquettes n’a été rapporté pour le moment, a fait savoir Lareb dans un communiqué.

Le ministère de la Santé avait précédemment déclaré qu’aucun cas de caillots sanguins n’était actuellement connu aux Pays-Bas.

Le ministre de la Santé Hugo de Jonge a estimé dimanche qu’il était «sage d’appuyer maintenant sur le bouton pause par précaution».

«La question cruciale est de savoir s’il s’agit de plaintes après vaccination ou en raison de la vaccination. Il ne devrait y avoir aucun doute sur les vaccins», a-t-il expliqué, cité dans un communiqué.

France, Italie, Allemagne aussi

La France,à son tour, a décidé lundi de «suspendre par précaution» l’utilisation du vaccin AstraZeneca, en attendant un avis de l’autorité européenne du médicament qui sera rendu mardi, a annoncé Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à Montauban.

Le chef de l’Etat a dit «espérer reprendre vite» la vaccination avec ce sérum «si l’avis de l’autorité européenne le permet», alors que plusieurs pays européens ont eux aussi suspendu ce vaccin, dont l’Allemagne et l’Italie lundi.

L’EMA tiendra jeudi une «réunion extraordinaire» sur le vaccin

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé lundi qu’elle tiendrait une «réunion extraordinaire» jeudi après la suspension par plusieurs pays de l’utilisation du vaccin AstraZeneca en raison de craintes liées à des caillots sanguins, ajoutant que les avantages du vaccin l’emportent toujours sur les risques.

«Le comité de sécurité de l’EMA examinera plus en détail les informations demain (mardi) et a convoqué une réunion extraordinaire le jeudi 18 mars pour conclure sur les informations recueillies et sur toute autre mesure qui pourrait être nécessaire», a déclaré l’agence basée à Amsterdam dans un communiqué.

289’000 rendez-vous annulés

Près de 289’000 rendez-vous pour l’administration d’une dose du vaccin AstraZeneca ont dû être annulés en conséquence, a rapporté l’agence de presse néerlandaise ANP.

La suspension du vaccin AstraZeneca est un coup dur pour la campagne de vaccination néerlandaise, qui s’est accélérée ces dernières semaines après un lent démarrage.

Une dizaine de pays dont l’Allemagne, dernière en date, ont suspendu par précaution l’utilisation du vaccin AstraZeneca, après le signalement d’effets secondaires «possibles» mais sans lien avéré à ce stade.

Les Pays-Bas ont été le dernier pays de l’UE à lancer leur campagne de vaccination. Le pays a jusqu’à présent recensé plus de 1,1 million de cas de coronavirus, et 16’000 décès, selon les derniers chiffres officiels.

(AFPE)

Votre opinion