Publié

CriseDes troupes russes toujours stationnées près de l'Ukraine

Le gouvernement américain a diffusé des images satellite montrant que des forces russes étaient toujours stationnées ces derniers jours près de la frontière ukrainienne.

1 / 135
Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a mis en garde l'UE contre de nouvelles sanctions. (8 septembre 2014)

Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a mis en garde l'UE contre de nouvelles sanctions. (8 septembre 2014)

Keystone
De la fumée s'élève près de l'aéroport de Donetsk. (Photo d'illustration) (Dimanche 7 septembre 2014)

De la fumée s'élève près de l'aéroport de Donetsk. (Photo d'illustration) (Dimanche 7 septembre 2014)

AFP
Un char endommagé de l'armée ukrainienne abandonné à proximité d'un jardin d'enfants détruit dans le village de Kominternove, dans l'est du pays. (6 septembre 2014).

Un char endommagé de l'armée ukrainienne abandonné à proximité d'un jardin d'enfants détruit dans le village de Kominternove, dans l'est du pays. (6 septembre 2014).

Keystone

Mercredi passé, le président russe Vladimir Poutine avait affirmé que les unités déployées près de l'Ukraine s'étaient repliées.

Les images de satellites commerciaux ont été rendues publiques mardi par le département d'Etat et la représentation américaine auprès de l'Otan sur son compte Twitter. Elles montrent une vingtaine d'hélicoptères russes stationnés vendredi dernier à Belgorod, près de la frontière. Une photo prise lundi dans la région de Rostov, à 75 kilomètres de la frontière ukrainienne, des véhicules blindés sont visibles.

«La réalité, c'est que la Russie a toujours 40'000 soldats tout à fait opérationnels massés près de la frontière de l'Ukraine et 25'000 autres en Crimée», a commenté un porte-parole de l'Otan, le colonel Martin Downie. «Sur les dernières images satellite, on voit des unités d'infanterie mécanisée, des véhicules blindés et des hélicoptères de combat», a-t-il ajouté.

«Ces unités sont là pour intimider le gouvernement ukrainien et elles peuvent participer à une invasion de l'Ukraine si Moscou en donne l'ordre. Nous continuerons de suivre de près ce que fait la Russie près des frontières», a indiqué Martin Downie.

(ats)

Ton opinion