Neuchâtel - Des vaches paissent où le paysan a été électrocuté
Publié

NeuchâtelDes vaches paissent où le paysan a été électrocuté

Personne n’évoque une malfaçon après le décès d’un agriculteur qui tendait un fil électrique pour garder son bétail.

par
Vincent Donzé
1 / 4
Un fil électrique a été déployé pour garder un troupeau.

Un fil électrique a été déployé pour garder un troupeau.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Une ligne du «Groupe E» passe par la combe située devant la ferme «Chez Dessous»,

Une ligne du «Groupe E» passe par la combe située devant la ferme «Chez Dessous»,

Lematin.ch/Vincent Donzé
La ligne électrique traverse les champs en contournant la forêt.

La ligne électrique traverse les champs en contournant la forêt.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Une centaine de vaches et un taureau paissaient comme si de rien n’était, mercredi matin, dans une combe située en contrebas du Mont-de-Buttes, un col qui sert de halte aux cyclotouristes, à 770 mètres d’altitude. Dans cette région verdoyante et reculée, les hameaux portent le nom des familles d’agriculteurs qui s’y sont installées au XIVe siècle: Jeannet, Bourquin ou Leuba. Mardi, une de ces dynasties a perdu un maillon, avec l’électrocution d’un agriculteur de 43 ans.

Nicolas L. était considéré comme un bon vivant, amateur de foot et de fête. Sa ferme, il la gérait avec le soutien discret de son père de 71 ans. Ce paysan laisse une épouse démunie avec ses trois enfants âgés entre 7 et 12 ans. La famille est prise en charge par une unité de soutien psychologique. «C’est un grand coup de malchance», commente un copain de foot.

«Rien à ajouter»

Au Ministère public, le procureur général suppléant Nicolas Aubert n’a «rien à ajouter» au communiqué diffusé mardi, lequel stipule que «lors de l’installation d’une clôture électrique pour le bétail dans une combe, un fil a été tendu entre deux pentes et s’est approché d’une ligne à moyenne tension en provoquant un arc électrique qui a électrocuté un agriculteur», mardi vers 09 h 30.

Mercredi matin, un paysan a pointé un doigt vers la combe: «Il barrait pour ses vaches en tirant le fil», résume-t-il. Un ouvrier agricole plantait des piquets en amont, pas loin de son employeur. «À un moment donné, le fil de la clôture s’est tendu et s’est approché d’une ligne électrique aérienne de moyenne tension», a expliqué le procureur.

Arc électrique

Si le paysan a tiré sur le fil dans lequel il était empêtré, c’est visiblement parce qu’il était coincé au niveau du sol. En se libérant, le fil a été projeté en hauteur, dans l’arc électrique de la ligne. «Il a reçu 17 000 volts», estime un paysan du Mont-de-Buttes.

«Comme une instruction pénale est en cours afin de déterminer les causes et les circonstances de ce drame, nous ne souhaitons pas communiquer à ce sujet», indique la chargée de communication du «Groupe E», Nathalie Salamin.

Visages fermés

Dans le hameau de Mont-de-Buttes, les visages sont fermés. Un parent de la victime évoque la fatalité, sans constater de malfaçon dans la ligne électrique. Contacté, le président de commune de La Côte-aux-Fées ne souhaite pas s’exprimer: «Pas de commentaire», répond sèchement Laurent Piaget.

Une instruction pénale a été ouverte afin de déterminer les causes et les circonstances de ce drame. Des experts des accidents causés dans le domaine agricole ainsi que des courants de moyenne et haute tension ont été sollicités.

Votre opinion